avancement d'échelon des certifiés

avancement d'échelon des certifiés


Actuellement, la pire des réformes des quarante dernières années se met en place dans les collèges sous le regard effaré des professeurs. Cette obstination à imposer, en dépit du refus de 80% des personnels, une destruction du système actuel savamment orchestrée, est totalement inadmissible. Les conséquences sur les statuts et les conditions de travail des professeurs seront nombreuses. D’ores et déjà se profile un grand nombre de réunions stériles aboutissant à des projets déstructurant les apprentissages. L’Ecole à deux vitesses est en marche accélérée, les plus avisés des parents inscrivant déjà leurs enfants dans des établissements privés, sous contrat dans le meilleur des cas, hors contrat dans le pire.
Le SNALC, conscient des défis à relever et de l’échec du système actuel, s’étonne, et le mot est faible, que le Ministère s’entête à reproduire à plus large échelle encore tous les dispositifs qui ont fait la preuve de leur nocivité.
Ce travail dans des équipes dont la constitution relève le plus souvent du mariage de la carpe et du lapin - n’a-t-on pas vu un EPI dont le thème était « l’équilibre des régimes alimentaires de Gargantua et de Madame Bovary » afin de lier SVT et Lettres évoqué lors d’une formation dans une autre académie ? - va subrepticement déboucher sur une réforme de l’évaluation.
Nous rappelons que le SNALC est profondément attaché à une évaluation individuelle, sous forme d'une double notation, administrative par le Chef d'établissement, et pédagogique par un IPR spécialiste de la discipline enseignée, seule garantie à ses yeux d'un enseignement de qualité pour tous, même si nous reconnaissons que le système est perfectible.
Fonctionnaires de catégorie A recrutés par des concours nationaux, les professeurs doivent à ce titre bénéficier d’une indépendance et d’une liberté pédagogique dans le cadre de programmes nationaux cohérents pour effectuer leur mission de transmission des connaissances au sein de l’Ecole de la République.
Force de proposition, le SNALC a montré qu’il était possible de réduire considérablement l’échec scolaire et les sorties du système éducatif par des parcours d’excellence adaptés aux compétences de tous les élèves. Il a proposé un collège modulaire et un projet pour un lycée de tous les savoirs. Il souligne que la réforme du lycée, qui a rendu les filières illisibles en les affaiblissant, n’a fait l’objet d’aucune évaluation loyale.
L’Education Nationale peine à recruter du fait d’une profession ayant perdu de son attractivité et de son prestige ; avec le gel incessant des salaires et l’augmentation des prélèvements, les professeurs subissent une baisse de rémunération pure et simple, tandis que le coût de la vie ne cesse d’augmenter.
Le SNALC demande donc avec insistance la création d’un 12ème échelon de la classe normale et une revalorisation du point d’indice.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox