déclaration 2016

déclaration 2016

Déclaration liminaire du
pour la CAPA des certifiés du 26 avril 2016


L’absence totale de dialogue social est la principale caractéristique du gouvernement actuel. La situation est d’une gravité exceptionnelle. Alors que le ministère continue de se montrer totalement sourd aux protestations pacifiques de centaines de milliers de professeurs opposés à la réforme du collège, refusant même de recevoir leurs représentants, la rentrée qui s’annonce sera synonyme de chaos.
Dans les collèges, les enseignants découvrent l’étendue du désastre. Outre les formations à la réforme qui ont été une formidable perte de temps, les postes disparaissent. Par la suppression des enseignements, de nombreux collègues vont être victimes de cartes scolaires ou de compléments de service sur plusieurs établissements. Les quelques dotations supplémentaires données dans les collèges, par calcul politicien, le sont au détriment des lycées. Mais plus personne n’est dupe, pas même les parents d’élèves qui découvrent la disparition des options et l’appauvrissement des enseignements.

Cette réforme violente, brutale et nocive place les enseignants sous la coupe du chef d’établissement et du conseil pédagogique. Elle instaure de facto une concurrence inédite entre les disciplines et les professeurs. Elle rassemble toutes les conditions d’un chantage aux postes.
En un mot, tout est réuni pour faire passer, subrepticement, la mise en cause des statuts de la fonction publique.

Dans ces conditions, l’accès à la hors-classe est une étape essentielle de la carrière des professeurs certifiés. Et ce n’est pas l’aumône du point d’indice qui va changer la donne. La paupérisation continue en s’accentuant.
Les revendications du SNALC, syndicat de propositions, n’en sont que plus pressantes. Le SNALC regrette que le contingent de promotions proposé soit en baisse cette année, avec une perte de 33 promotions.

Le SNALC demande :
- que l’évaluation du mérite porte sur l’ensemble de la carrière et que les diplômes obtenus comme la bi-admissibilité, qui font partie intégrante de l’effort de progression, soient valorisés.
- que l’accès à la hors-classe se base sur la totalité de la carrière de l’agent. Il est anormal qu’une promotion soit refusée suite à des difficultés rencontrées uniquement en fin de carrière ou manquée à cause de retards d’inspection, qui touchent particulièrement les TZR.
- la mise en place d’un 12e échelon de la classe normale
- l’accroissement de l’indice de la hors classe
- la création d’échelons supplémentaires de la hors classe avec un indice terminal à 821 pour répondre à l’allongement de la durée des carrières conjugué à une perte continue du pouvoir d’achat.

Le SNALC reste toujours très attaché à un barème équilibré et juste. Il estime trop important le nombre de bonifications exceptionnelles portées à 10% par la note de service.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox