RÉUNION MINISTÉRIELLE DE CRISE : LE DIAGNOSTIC DU SNALC

RÉUNION MINISTÉRIELLE DE CRISE : LE DIAGNOSTIC DU SNALC

Communiqué de presse du SNALC du 12 janvier 2015 :







RÉUNION MINISTÉRIELLE DE CRISE :

LE DIAGNOSTIC DU SNALC








Suite aux évènements tragiques de la semaine passée, Mme la Ministre de l’Éducation nationale a réuni ce matin l’ensemble des organisations syndicales représentatives de l’enseignement public et de l’enseignement privé sous contrat.



Ce fut l’occasion pour le SNALC d’indiquer qu’à ses yeux l’École n’était pas responsable de ces drames : d’abord, selon le témoignage direct d’un responsable du SNALC qui les avait eus alors pour élèves, parce que les deux frères auteurs de l’attentat n’avaient pas été, lorsqu’ils étaient scolarisés au collège de Trégnac en Corrèze, des élèves qui posaient problème ; ensuite parce que la forte mobilisation citoyenne de ce week-end avait démontré que le travail pédagogique des enseignants pour transmettre les valeurs républicaines à la jeunesse avait porté ses fruits. Pour le SNALC on ne peut donc rendre l’Ecole responsable de dysfonctionnements sociétaux qui la dépassent. Il faudrait plutôt s’interroger prioritairement sur le fonctionnement d’autres services de l’État, en particulier l’administration pénitentiaire qui souffre depuis des années d’une pénurie d’effectifs ne permettant pas de lutter contre l’endoctrinement de certains jeunes détenus.



Néanmoins, le SNALC a déploré que les conclusions du Rapport sur les signes et manifestations d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires publié en 2004 sous la plume de l’Inspecteur Général Jean-Pierre Obin n’aient pas été prises en compte : celui-ci faisait en effet un diagnostic des difficultés d’intégration rencontrées qui demeure d’une cruelle actualité et faisait des propositions judicieuses restées lettres mortes. Pour le SNALC en effet, une stricte application des principes de la laïcité, une spécificité française fondatrice de la République, constitue l’un des éléments de réponse majeur face à l’émergence du fanatisme : l’affichage de la Charte de la Laïcité dans tous les établissements publics comme la mise en place à la rentrée 2015 d’un enseignement civique et moral pour tous les élèves décidés par Vincent Peillon constituent de ce point de vue des démarches positives et concrètes.



Conscient, à l’instar de tous les participants, que la riposte à ces événements dramatiques nécessite des mesures de fond, à commencer par une meilleure formation continue des personnels, le SNALC ne manquera donc pas, comme il le fait depuis 1905, de continuer à apporter sa pierre à l’édification d’une véritable École de la République ouverte à tous.




SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox