Langues anciennes : toujours inacceptable

Langues anciennes : toujours inacceptable

Communiqué de presse du SNALC du 13 mai 2015 :


Réforme du collège

Langues anciennes : toujours inacceptable !




Le SNALC constate que la ministre de l'Éducation nationale cherche à éteindre l'incendie qu'elle a provoqué... Elle a en effet annoncé aujourd'hui qu'elle demandait au Conseil Supérieur des Programmes d'apporter « des articulations plus lisibles des programmes de Français avec les langues et cultures de l'Antiquité » et de concevoir des programmes pour l'enseignement de complément latin et grec, copie à rendre au mois d'octobre.

Le SNALC voit dans cette annonce un nouveau coup de comm'. Le problème concernant les langues anciennes dans la nouvelle réforme, c'est d'abord qu'elles n'y sont plus des disciplines à part entière enseignées par les professeurs de Lettres classiques (seuls compétents), avec un horaire suffisant permettant de lier la langue et la civilisation et garanti au plan national. La réalité, c'est que les heures en question, qu'il s'agisse d'EPI ou d'enseignement de complément, devront être prises aux autres disciplines soit sur leur horaire propre, soit sur la base de la marge d'autonomie. Cela revient donc à dire que latin et grec ne seront pas proposés, ou alors avec un horaire si faible (et très variable d'un établissement à l'autre) qu'il ne permettra pas de construire des savoirs solides. Au lieu d'être « le latin (et le grec) pour tous », ce sera « le latin (et le grec) pour personne »...



Contact :
Jean-Christophe DEYDIER, Secrétaire académique du SNALC de Toulouse, jcdeydier@yahoo.fr





Le SNALC ne fait pas que s'opposer, il sait aussi proposer :
consultez le projet de collège modulaire du SNALC
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox