LAÏCITÉ : Principe de l’École française du XXIe siècle

LAÏCITÉ : Principe de l’École française du XXIe siècle

Communiqué de presse du SNALC u 3 août 2015 :


LAÏCITÉ

Principe de l’École française du XXIe siècle




Le SNALC prend acte de la publication du rapport « sur l’état de la laïcité en France » par le Collectif laïque, le 23 juillet 2015. Il salue la qualité des travaux qui l’ont permise. Ils s’inscrivent dans la démarche lucide et volontaire qui a caractérisé les récentes publications des commissions et rapport ad hoc du Sénat. C’est celle-là même qui a permis, il y a dix ans, la présentation du rapport Obin.

Le SNALC retrouve dans les conclusions du rapport du Collectif plusieurs des exigences qu’il a posées de longue date. Il rappelle en cette rencontre :

- que l’Etat doit assumer son devoir de faire respecter la Loi : d’une part, en n’abandonnant plus les acteurs de terrain face à la grave responsabilité d’interpréter le droit et, d’autre part, en n’admettant pas que la définition de la laïcité elle-même varie selon les circonstances propres à chaque établissement. Le SNALC rappelle qu’un pas a été scandaleusement franchi lors de la conclusion en Sorbonne des assises « L’Ecole et ses partenaires mobilisés pour les valeurs de la République », le 12 mai dernier, où devant la ministre on a affirmé que l’objectif était de donner partout « une définition de la laïcité commune à l’établissement » ;

- que la Charte doit être ostensiblement affichée dans tous les lieux d’enseignement, quelle que soit leur nature. Quand elle l’est, elle ne doit pas être lettre morte mais une référence vivante et le support d’une pédagogie de la laïcité ;

- que cette Charte doit s’imposer à tous les établissements scolaires établis sur le territoire français, qu’ils soient publics ou privés, sous contrat ou hors contrat ;

- que toutes les personnes intervenant dans le cadre d’un enseignement, notamment lors de sorties scolaires, sont tenues au respect des contraintes de neutralité que l’Etat impose aux agents qui en ont la charge habituelle ;

- qu’enfin, l’enseignement supérieur devra très rapidement être soumis aux mêmes règles que l’enseignement primaire et secondaire. Le SNALC saisira la représentation parlementaire pour que cette volonté se concrétise.

Le SNALC ne transigera sur aucun de ces points. Il sera partout aux côtés de ceux qui défendent la laïcité, ciment des valeurs de l’enseignement français.




SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox