Collège : Quand Florence Robine vous embobine

Collège : Quand Florence Robine vous embobine

REFORME DU COLLÈGE:


QUAND FLORENCE ROBINE VOUS EMBOBINE





Mme Florence Robine, Directrice Générale de l’Enseignement Scolaire, a présenté le 18 juin dernier à l’ESEN (1) la réforme du collège aux chefs d’établissement nouvellement lauréats. Le visionnage de cette vidéo et du diaporama qui sera sans nul doute présenté dans tous les collèges, a généré un agacement certain.

En effet, cela commence fort ! Dans une première partie, Mme Robine revient sur les décrets pris depuis 2013 (sur les instances pédagogiques, le conseil école-collège, le suivi et l’accompagnement pédagogique...). Elle se plait à croire que les enseignants n’auraient pas pris la mesure de ce qu’ils impliquaient (ce qu’ils sont bêtes, ces enseignants !). Elle explique d’ailleurs avec un plaisir certain que rien n’a été mis en place pour venir en aide aux élèves en difficulté lors de la suppression du redoublement. Pour elle, la réforme du collège a vocation à résoudre ces difficultés (d’un coup de baguette magique), alors pourquoi faire autre chose ?


Les grilles horreurs

Elle prend les devants sur la critique majeure : les EPI et l’AP ne viennent pas en plus des heures de cours mais sont pris sur les 26h d’enseignement disciplinaire. « Qu’on ne vienne pas me dire que quand on fait des mathématiques en AP, on ne fait pas des mathématiques ou alors je ne sais pas ce qu’on y fait », a-t-elle osé. Et voilà comment on supprime des heures en plus pour les élèves en difficulté…


Un accompagnement dépersonnalisé

Justement, parlons-en, de l’AP. « A la limite c’est ce que vous connaissez le plus (...), c’est pour tous les élèves (...) pour faciliter la transition entre l’école et le collège, pour favoriser le projet d’orientation, pour construire la liaison entre le collège et le lycée ». En parallèle, la diapositive indique que l’AP doit améliorer la performance, contribuer à la construction de l’autonomie intellectuelle, prendre en compte les besoins spécifiques et adapter les objectifs aux besoins des élèves... Rien que ça ! Et probablement que l’AP guérit les écrouelles, résorbe les crises économiques et fait arriver les trains à l’heure.


Le temps pas retrouvé

Mme Robine explique qu’il est possible, par exemple, d’augmenter d’une heure le français en 5ème… si on supprime une heure en 4e/ 3e. Mais il faudra alors moduler les horaires d’autres disciplines afin de retomber à 26h par niveau ! Effectivement, le tout n’était déjà pas suffisamment compliqué... Chers parents, surtout, ne déménagez pas en cours de cycle : vous ne savez pas ce qui peut arriver !


Et pour finir…

Si l’on ajoute à tout cela la mise en place des parcours éducatifs que sont le parcours avenir (ex-PIIODMEP), le parcours éducation artistique et culturelle (PEAC), le parcours d’éducation à la santé, on lutte contre le fou rire d’incrédulité.


Afin de revenir sur terre, le SNALC vous propose (ci-dessous à télécharger) un calendrier prévisionnel de tout ce qui vous attend. Évidemment, aucun temps de travail collectif rémunéré entre enseignants n’a été envisagé. Mais sont annoncés 4 à 5 jours de formation par bassin d’ici la fin de l’année scolaire. On a hâte !



(1) école supérieure de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche




SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox