PRAG, les oubliés du supérieur

PRAG, les oubliés du supérieur

PRAG, toujours les oubliés du supérieur ?


Les mesures du "chantier carrières" annoncées par Valérie Pécresse le 20 octobre 2008 et censées favoriser l'attractivité de carrières universitaires, valoriser l'engagement professionnel et l'excellence, et attirer vers elles les meilleurs d'une génération, ne proposent cependant rien de concret pour les PRAG.

Rien sur la revalorisation de leur traitement, rien sur l'amélioration de leur avancement, rien sur la prise en compte de la multiplicité de leurs tâches, en particulier de l'activité de recherche, rien sur l'augmentation du nombre de postes de Maîtres de Conférence comme le réclame le SNALC.

Le plan promet certes d'engager une réflexion et rappelle qu'une grande partie des mesures pour les enseignants chercheurs annoncées s'adresse tout autant aux enseignants du second degré travaillant à l'Université. Maigre consolation.

Non, les PRAG ne peuvent plus attendre.

Pour le SNALC, il est inacceptable que le Ministre se défausse du problème des PRAG en formulant des promesses vagues, en renvoyant à plus tard les mesures concrètes.

Le SNALC qui rappelle constamment le rôle important des PRAG dans l'Université, continuera de se battre pour qu'il soit reconnu et que ces paroles deviennent rapidement des actes.

Nous contacter : gesper@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox