BAC, LYCÉE : QUE DIT LE RAPPORT ?

BAC, LYCÉE : QUE DIT LE RAPPORT ?

Publié le 11-02-2018

Dernière modification le 11-02-2018

BAC, LYCÉE :

QUE DIT LE RAPPORT ?



Par Jean-Rémi GIRARD, vice-président du SNALC
Article publié dans la QUINZAINE UNIVERSITAIRE - #1413 - FÉVRIER 2018





La sortie du rapport Mathiot sur le bac et le LGT n’est pas passée inaperçue. Le SNALC, qui avait été reçu une seconde fois le 17 janvier, a lu l’ensemble avec attention.



UN BAC QUI RETROUVE DU SENS ?


Point de départ de toutes les modifications à venir, le baccalauréat devrait fortement évoluer si les recommandations de la commission sont suivies. En effet, conformément au souhait du Président de la République, le bac devrait comporter moins d’épreuves. On aurait deux épreuves de français (écrit/oral) en fin de Première, et quatre épreuves terminales l’année suivante : philosophie et « grand oral » (pour le moment fumeux) en fin d’année, et deux « majeures » au retour des vacances de Pâques. Point essentiel : les résultats des deux épreuves de « majeures » seraient intégrés dans Parcoursup. C’est la fin du « tout contrôle continu » pour l’affectation, tant dans les filières sélectives qu’en licence.

Parallèlement, une part de contrôle continu interviendrait dans l’obtention du bac. Le rapport propose plusieurs scénarios : bulletins, « partiels » anonymes ou mélange des deux. Le SNALC juge la part de contrôle continu proposée (40 % du total) nettement trop importante.


UN LYCÉE ILLISIBLE ET DANGEREUX



Fusion très avancée des voies générale et technologique, annualisation des services, semestres différenciés imposant deux emplois du temps dans l’année : Pierre Mathiot n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Le projet proposé montre une méconnaissance du fonctionnement de nos établissements, ou une volonté de faire passer les beaux schémas théoriques avant la réalité de terrain (que le SNALC a pourtant clairement rappelée lors de ses auditions). À l’arrivée, les points intéressants du projet (des filières plus variées, des possibilités de se spécialiser plus tôt) sont noyés dans une architecture d’ensemble incompréhensible et limite délirante. Des changements de « mineures » tous les six mois dans des groupes mélangeant première et terminale (!), la possibilité de modifier l’une de ses deux disciplines « majeures » en fin de première (!!), un tronc commun de 12h seulement pour 6 disciplines en terminale (!!!) n’en jetez plus ! La justification ? le « droit à l’hésitation » (sic) de chaque élève, qui l’autorise donc à faire potentiellement n’importe quoi. Le tout est assaisonné d’une sauce numérique innovante qui rend l’ensemble définitivement immangeable. C’est la fête du MOOC, de la visioconférence offerte par un prof de fac, des « classes inversée, classe renversée » (re-sic).


TOUT RESTE À FAIRE


Le rapport Mathiot ne marque pas la fin des négociations, bien au contraire, et fort heureusement. Tous les arbitrages devront être rendus par le Ministre, après consultation des organisations représentatives, dont le SNALC. Pour le bac, on en saura davantage mi-février. Pour le lycée, silence radio. On sait qu’aucun changement d’envergure ne devrait avoir lieu en seconde à la rentrée prochaine. Visiblement, nous ne sommes pas les seuls à nous poser des questions sur le contenu du rapport.




Consultez notre lettre spéciale :

BAC - LYCEE :

stop à la désinformation !




Suite à la publication du rapport Mathiot le 24 janvier dernier, on peut lire beaucoup de choses, certaines réelles, d'autres complètement erronées ou inventées. D'aucuns prétendent connaître la position du SNALC sur des réformes non encore écrites.

Le SNALC s'adresse donc directement à vous, pour vous faire une synthèse de l'évolution du dossier et démêler le vrai du faux.

Nous y ajoutons un calendrier prévisionnel des étapes à venir, et une analyse détaillée du rapport Mathiot comprenant nos avis.

Vous voulez connaître la position du SNALC sur le dossier ? La voici !







COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 24 JANVIER 2018

RAPPORT MATHIOT : BAC PLUTÔT OUI, LYCÉE FRANCHEMENT NON !


Le SNALC-FGAF a pris connaissance du rapport remis ce jour par Pierre Mathiot au Ministre sur le baccalauréat et la réforme du lycée général et technologique.

Le SNALC partage un certain nombre des recommandations concernant le baccalauréat : la prise en compte d’une partie des épreuves terminales du bac dans Parcoursup répond aux attentes de nos collègues. La proposition d’épreuves anonymes de type « partiels universitaires » a également retenu notre attention. En revanche, nous sommes extrêmement dubitatifs sur la dimension pluridisciplinaire de l’oral et totalement opposés à la création d’un « supplément au diplôme » fondé sur un portefeuille de compétences. Pour le SNALC, les propositions de Pierre Mathiot sur le lycée s’apparentent à une fusion des voies générale et technologique. De plus, l’architecture globale du projet nous semble extrêmement complexe, tant pour les personnels que pour les élèves et leurs parents. D’autre part, certaines propositions – par exemple des semestres au contenu différencié ou bien des horaires insuffisants – portent en creux des possibilités d’annualisation des services et de suppressions de postes.

Le SNALC rappelle son attachement aux 3 voies de formation, aux obligations de service hebdomadaires et à l’excellence disciplinaire. On ne peut parvenir à celle-ci en proposant de changer chaque semestre ce que l’élève étudie au nom d’un droit à « l’hésitation ». Le SNALC rappelle que l’un des principaux objectifs d’une réforme du lycée et du bac est de mieux préparer les élèves à l’enseignement supérieur via une meilleure spécialisation. Cela passe par une égale considération pour l’ensemble des disciplines et des professeurs. Ces derniers en ont assez de voir encore un rapport leur parler de recettes pédagogiques miracles (« MOOC », « skype », « classe renversée » (sic)… ). C’est pourquoi nous prendrons toute notre part dans les négociations à venir avec le Ministre, afin d’aboutir à un projet pragmatique et évitant de conduire les professeurs et personnels de direction au burn out.


version imprimable


SNALC-FGAF © 2014
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Tél. : 01 47 70 00 55 - Fax : 01 42 46 26 60
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox