PASSATION DU NOUVEAU BAC EN EPS : LES PROPOSITIONS DU SNALC

PASSATION DU NOUVEAU BAC EN EPS : LES PROPOSITIONS DU SNALC

PASSATION DU NOUVEAU BAC EN EPS : LES PROPOSITIONS DU SNALC


La réforme en cours du baccalauréat et de l’enseignement au lycée n’a guère d’influence sur l’EPS.
L’EPS est totalement intégrée dans la réforme puisqu’elle fait partie de cet ensemble commun de disciplines nommé « socle de culture commune ».
Les 2h hebdomadaires d’enseignement sur les 3 niveaux du Lycée sont maintenues tout comme l’option facultative de 3h qui sera proposée aux élèves à partir de la seconde (à confirmer) et avec certitude en première et en terminale. L’option complémentaire qui concernait 0,6 % des élèves n’est par contre pas évoquée.
Voilà pour la forme, qui montre très peu de changement.
Concernant le fond, c’est un autre sujet. Qu’il s’agisse des protocoles de passation des épreuves, de la nature de ces épreuves ou encore des nouveaux programmes, rien n’est défini.

C’est pour cela, qu’en lien avec la refonte de la passation du nouveau Bac, le secteur EPS du SNALC s’est penché sur un nouveau protocole et son contenu. Il vient de transmettre sa proposition au ministère. Elle porte sur la mise en œuvre de nouvelles procédures intégrant des améliorations de l’existant. En voici le résumé.

Schématiquement nous envisageons la passation de 3 épreuves portant chacune sur APSA issue de (2 ou) 3 CP différentes, dans la semaine qui suit ou qui précède les 3 partiels pluridisciplinaires. Car la semaine des partiels sera totalement bloquée par des épreuves sur table. Le choix des épreuves et des activités se préparerait donc dorénavant dès la première.
La première épreuve serait évaluée en janvier ou en mai de la classe de première, suivant le calendrier des partiels et selon que l’activité évaluée aura été pratiquée avant ou après le mois de janvier de l'année de première.
La seconde épreuve se passerait au cours du 3e partiel, au mois de janvier de la classe de terminale.
La troisième épreuve se déroulerait hors partiel, au mois d’avril afin que les 3 résultats obtenus aux 3 épreuves puissent intégrer les données puissent être intégrés dans Parcoursup.
Chaque épreuve d’EPS aurait la même valeur que chacune des épreuves des partiels pluridisciplinaires.

Conjointement à cette proposition de protocole, le SNALC a émis des axes d’amélioration de la certification, applicables à ces nouvelles procédures comme :


  • la co-évaluation par des binômes de professeurs indépendants des classes évaluées,

  • l’assouplissement des exigences en terme de compétences propres, comme celle consistant à pouvoir présenter 2 APSA d’une même CP à condition que l’une soit collective et l’autre individuelle,

  • la possibilité pour les élèves d’affecter à leurs 3 épreuves un coefficient différent. Ils permettraient un rééquilibrage entre les résultats des garçons et des filles ainsi que la minoration de l’importance d’une activité choisie par défaut.

  • Enfin, l’option EPS devrait être repensée et orientée vers une préparation aux métiers du sport et en particulier à la filière STAPS.

Mais là encore rien n’est déterminé, rien n’est arrêté. Le SNALC qui participera aux différents travaux de cette réforme compte peser dans les décisions à venir et faire valoir ses propositions pour une EPS autrement..!

Pour le secteur EPS du SNALC ,
Laurent Bonnin, secrétaire national
Nicolas Dejean, référent académique (Caen)
eps@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox