PLP: L’estime à peu de frais de notre ministre

PLP: L’estime à peu de frais de notre ministre

Publié le 13-06-2018

Dernière modification le 15-06-2018

PLP


L’estime à peu de frais de notre ministre



Par Guillaume LEFEVRE, secrétaire national du SNALC chargé de l'enseignement professionnel & Valérie LEJEUNE-LAMBERT, responsable PLP pour le SNALC de Versailles
plp@snalc.fr




Tous les PLP ont reçu un message vidéo de Monsieur Blanquer pour les assurer de son estime. Voilà l’estime que l’on porte aux PLP :

• ISS en voie Pro seulement 400 € contre une pondération jusqu’à 1 HSA, soit en classe normale 1256 € pour nos collègues en voie générale et technologique.

• Plus de classement en REP ou en REP+ pour les lycées professionnels qui concentrent pourtant toutes les difficultés, soit 1734 à 2312 € de manque à gagner voire 3000 € si les annonces parues dans la presse se concrétisent.

• La possibilité d’enseigner en STS est censée nous donner du prestige mais pas du pouvoir d’achat (à noter, nous coûtons moins cher qu’un agrégé).

• Pour finir la mixité des publics soigneusement tue dans le long communiqué « Transformer le LP », ingérable pédagogiquement, ne s’accompagnera d’aucune compensation financière pour les efforts supplémentaires que seront amenés à faire les PLP pour que, bon an, mal an, le plus grand nombre de jeunes (ou moins jeunes) qu’ils auront en face d’eux réussissent. Cerise sur le gâteau pour notre employeur non content de réduire les coûts en diminuant le nombre d’heures, l’introduction généralisée de l’apprentissage et de la formation continue accompagnés de la mixité des publics dans le lycée pro va nous transformer en centre de profits.

Le SNALC revendique une réelle reconnaissance de la difficulté d’enseigner en lycée professionnel qui ne se limite pas à des mots. De plus, ce qui est annoncé ne permettra en rien à tous de réussir, comme le préconise le SNALC via la transmission des savoirs et non uniquement des compétences réductrices. Il est évident que les campus d’excellence ne concernent qu’un petit nombre. Pour la grande majorité de notre public fragile, ce ne sera pas l’excellence. Nos élèves auront bien du mal à voir l’attractivité de métiers qui cumulent des conditions de travail très dures et une rémunération minimale, quelle que soit la pédagogie innovante que nous soufflera notre hiérarchie de proximité. Cette dernière a déjà démontré, par le passé, son inefficacité sur la question de la maîtrise des fondamentaux…Le SNALC dénonce ce déterminisme social.

Le SNALC combat pour la transmission des savoirs et de la connaissance, seule condition pour permettre à tous de réussir.

Le SNALC défend une instruction nationale de qualité délivrée dans des conditions dignes, avec des personnels respectés par les politiques et les professionnels. Une instruction qui permet à tous de réussir.


SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox