LES OUBLIÉS DE L’ÉDUCATION NATIONALE : LES CONSEILLERS PRINCIPAUX D’ÉDUCATION

LES OUBLIÉS DE L’ÉDUCATION NATIONALE : LES CONSEILLERS PRINCIPAUX D’ÉDUCATION

LES OUBLIÉS DE L’ÉDUCATION NATIONALE : LES CONSEILLERS PRINCIPAUX D’ÉDUCATION



Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1431, juillet 2019
Par Patricia SCHEID responsable nationale SNALC CPE


Si l’on en croit le dernier rapport de l’Inspection Générale des Finances remis à M.DARMANIN en mars 2019(1), on dénombre 13277 CPE.

Les CPE « concourent à la mission première de l’Ecole qui est d’instruire et d’éduquer afin de […] faire partager les valeurs de la République à l’ensemble des élèves, de placer les adolescents dans les meilleures conditions de vie individuelle et collective, de réussite scolaire et d’épanouissement personnel… »(2). Jean-Paul DELAHAYE, Inspecteur général, ancien membre de la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (Dgesco) déclarait même en 2016 que « Le Conseiller Principal d’Éducation est une chance pour notre pays »(3). Pourtant, le Ministère n’accorde que peu d’importance à cette spécificité française, aussi déconsidérée que le sont les enseignants. C’est pourquoi le SNALC revendique :


  • La réévaluation des salaires des CPE au même titre que ceux des enseignants.

  • La reconnaissance et la rémunération des heures supplémentaires. En effet, « la durée du travail hebdomadaire de 35 heures est inscrite dans les emplois du temps des CPE »(4). Mais il n’est nullement fait mention des heures supplémentaires que les CPE ne manquent pourtant pas d’effectuer par conscience professionnelle.

  • Le versement de L’IMP pour les CPE qui assurent des Missions Particulières telles que le tutorat des élèves, le décrochage scolaire ou encore une mission au niveau académique qu’ils travaillent en collège, en LGT, ou bien en lycée professionnel(5).
Nous vous proposerons, dès la rentrée, un questionnaire. Il nous permettra d’appréhender votre quotidien et d’être ainsi au plus près de vos revendications.


(1)Le Figaro du 26/03/2019 : « le rapport choc sur le vrai temps de travail des fonctionnaires ». A titre de comparaison, le Bilan social du Ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse (2018-2019) recense 402 500 enseignants dans le second degré.
(2) Circulaire n°2015-139 du 10/08/2015.
(3) Café pédagogique du mardi 29/03/2016.
(4) Organisation du temps de travail des CPE définie par le décret n°2000-815 du 25/08/2000 et par les arrêtés du 04/09/2000 pris pour l’application du décret précité.
(5) La circulaire n°2015-058 du 29/04/2015 prévoit le versement de cette indemnité au personnel concerné des LGT et LEP uniquement ( Enseignants ou CPE).



contact :
info@snalc.fr

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox