BREVET DES COLLÈGES : LE NIVEAU VA (RE)MONTER

BREVET DES COLLÈGES : LE NIVEAU VA (RE)MONTER

BREVET DES COLLÈGES : LE NIVEAU VA (RE)MONTER


© iStock - Leoco

Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1431, juillet 2019
Par Sébastien VIEILLE, secrétaire national à la pédagogie


Il y eut le nouveau brevet des collèges de 2016, tout en contrôle continu, puis celui de 2017, avec un focus sur l’examen final. En 2021, c’en sera fini et un nouveau nouveau brevet verra le jour.

Depuis 2011, année terrible où ils avaient stagné, les résultats du brevet des collèges avaient toujours progressé. Or, la session 2018 vient de livrer son verdict ; et la DEPP révèle une baisse de 1.7 point du taux de réussite par rapport à l’année précédente. Les statistiques ne s’arrêtent pas là. Il s’avère que les élèves les plus défavorisés socialement réussissent moins bien que ceux qui bénéficient d’un capital culturel : 79% contre 97%.

Le ministre a voulu rétablir l’équilibre entre les épreuves sur table et le contrôle continu. Il a voulu mettre plus de poids sur les mathématiques et le français. Il est donc responsable de ce terrible échec : une croissance négative et un accroissement des inégalités. Pour ne pas être le ministre qui nuit aux élèves, M. BLANQUER a annoncé que le futur nouveau brevet valoriserait les « enjeux civiques ». Et l’on ne peut qu’être inquiet. D’une part, l’Institution vient de trouver un énième moyen de casser le thermomètre. Les 97% d'élèves en réussite et culturellement favorisés ne seront pas lésés et cela permettra aux autres, plus en difficulté de réussir. Mais leurs acquis auront-ils réellement progressé ? D’autre part, nous voyons un glissement de ce qu’est l’école. Prendre en compte pour un examen une chose aussi peu objectivable que l’engagement citoyen des élèves est dangereux. L’élève devra-t-il prendre part à une cause, être candidat à des élections ? Certains engagements rapporteront-ils plus ?
Plus sérieusement, la façon de vivre sa citoyenneté est personnelle. Cela n’a rien à faire dans un examen ; sauf à vouloir remplacer l’école par du catéchisme. Elle est là pour instruire et former des citoyens éclairés en leur apportant la connaissance et la compréhension du monde. Et c’est cela qu’elle doit évaluer.■

contact :
info@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox