QU’EST-CE QUE LE PPCR ?

QU’EST-CE QUE LE PPCR ?

QU’EST-CE QUE LE PPCR ?


La déclinaison du PPCR pour l'Éducation nationale consiste en plusieurs mesures.

  • l'augmentation globale des grilles indiciaires. Par exemple, un certifié à l'échelon 7 gagnera à terme 24 points d'indice supplémentaires,

  • la conversion d'une partie des primes en points d'indice, qui sont donc à soustraire du gain par échelon pour obtenir la revalorisation « réelle ». Cette conversion aura en revanche une influence sur le calcul de la retraite. La revalorisation « réelle » d'un certifié à l'échelon 7 est non de 24 points, mais de 15 points (24 moins 9),

  • la progression en classe normale à un rythme unique (sauf aux échelons 6 et 8), globalement calqué sur celui du choix,

  • l'accès garanti à la hors classe pour tous les personnels,

  • la création d'une classe exceptionnelle, nouveau grade au-dessus de la hors classe,

  • la modification des modalités d'évaluation des personnels, avec notamment quatre « rendez-vous de carrière ».
Initialement les agrégés et les professeurs de chaire supérieure n’étaient pas concernés par la revalorisation, le SNALC a demandé que ce soit le cas. Cette demande du SNALC a été entendue pour ce qui concerne les agrégés, mais non pour les professeurs de chaire supérieure. Il a fallu toute son opiniâtreté pour que ceux-ci puissent accéder à l’échelle-lettre B, d’abord par l’inacceptable rétrogradation au corps des agrégés, et désormais par la création d’un échelon spécial contingenté.

Pour les agrégés et les certifiés de la classe normale, le rythme d'avancement est désormais unique, et ressemble à l'actuel rythme de progression au choix, même s'il est plus lent au départ (et plus rapide à l'arrivée). 30% des personnels du corps pourront bénéficier d'une accélération d'une année aux 6ème et 8ème échelons, lors de deux rendez-vous de carrière. Cela ne permet néanmoins pas de retrouver la vitesse d'avancement d'un collègue qui passerait tous ses échelons au grand choix, mais les collègues qui progressaient à l'ancienneté iront plus vite.

Malheureusement, la grille d’évaluation qui va servir de base à l’évolution professionnelle est un non-sens absolu. Elle met sur le même plan des compétences qui n’ont pas du tout la même importance dans notre profession. On ne voit pas comment certaines pourront être évaluées de façon objective. Enfin, les instances paritaires risquent de se transformer en simples chambres d’enregistrement sans possibilité de contester des décisions arbitraires.

En outre, malgré les vives protestations du SNALC, le corps des agrégés se retrouve nettement défavorisé par rapport aux autres dans la définition des grilles indiciaires, et de surcroît le corps des biadmissibles est mis en extinction. Tout a donc été fait pour diminuer la valeur de ce concours de recrutement de haut niveau qu’est l’agrégation, et paupériser un peu plus ses titulaires.

Enfin, les avis reçus par de très nombreux collègues dans le cadre des rendez-vous de carrière du PPCR suscitent de nombreux et légitimes mécontentements. À titre d’exemple, il difficilement compréhensible pour les collègues d’obtenir un avis final SATISFAISANT, alors que sur les 11 item évalués, 4 ont été jugés EXCELLENT, 4 TRÈS SATISFAISANT et 3 SATISFAISANT. La moyenne penche évidemment en faveur du TRÈS SATISFAISANT. Dans la pratique l’avis final est rarement un avis médian. Il se cale généralement sur l’avis le plus faible, entraînant un sentiment d’injustice et d’incompréhension, d’autant que cette règle n’a rien d’officiel. C’est d’autant plus inacceptable que cet avis est conservé pour les rendez-vous de carrière ultérieurs et peut donc amener un fort ralentissement de celle-ci, jusqu’à l’accès à la hors classe inclus, et empêcher des collègues même méritants d’accéder à la classe exceptionnelle.

Compte tenu du faible avantage qu’en tireront certains professeurs, et des pertes qui en résulteront pour beaucoup, le SNALC a, contrairement à la TOTALITE des autres organisations syndicales, voté lors des comités techniques ministériels où ils étaient présentés CONTRE l’ensemble des décrets d’application de ce nouveau dispositif. Il a édité un fascicule de 8 pages : Le PPCR, « revalorisation » ou miroir aux alouettes ? téléchargeable en ligne à l’adresse www.snalc.fr/national/article/2760/, ainsi qu’un diaporama téléchargeable en ligne à l’adresse www.snalc.fr/national/article/2863/.

Le SNALC réclame :

  • une revalorisation de la grille indiciaire des agrégés et le maintien du corps des biadmissibles,

  • la définition des avis lors de l’évaluation professionnelle reposant sur des critères objectifs réellement importants, essentiellement l’excellence académique et pédagogique dans la discipline enseignée,

  • une montée en puissance plus rapide de l’accès à l’échelon spécial pour les professeurs de chaire supérieure.
Matthieu RIGAUT,
commissaire paritaire chaire supérieure
prepa@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox