ORIENTATION AU COLLÈGE : IL FAUT DU TEMPS ET DEUX PROFESSEURS PRINCIPAUX

ORIENTATION AU COLLÈGE : IL FAUT DU TEMPS ET DEUX PROFESSEURS PRINCIPAUX

ORIENTATION AU COLLÈGE :
IL FAUT DU TEMPS ET DEUX PROFESSEURS PRINCIPAUX

Sébastien VIEILLE
Secrétaire national à la pédagogie
pedagogie@snalc.fr
8 octobre 2019

C’est acté. Désormais, les élèves auront droit à 12 heures d’orientation en quatrième et à trente-six heures en troisième. Posé ainsi, l’idée est louable et pourrait même aider certains élèves à bâtir des projets leur permettant de choisir les spécialités au lycée en étant mieux armés et d’autres à trouver leur chemin parmi les – parfois étonnantes – familles de métier de la voie professionnelle. Cependant, lorsque l’on précise qu’il s’agit-là d’un horaire élève et que ce temps n’existe nulle part dans l’emploi du temps, il devient évident que ce ne sera pas du temps en plus mais du temps en moins.

Le ministère explique que rien ne dit que ce temps doit être effectué en présence de l’enseignant. Il y a les semaines de l’orientation, les conférences... Il semble que quelque part, quelqu’un ignore qu’il n’est pas dans les habitudes du collège de laisser des élèves assister à des conférences seuls, que des semaines de l’orientation, ça se prépare et cela se fait assez rarement en soirée.

Donc, cela signifie qu’à minima ce sont les professeurs principaux qui devront accompagner les élèves sur ces temps. Cela signifie aussi que pour organiser ces temps, il sera nécessaire de rogner sur au moins une partie des cours. Donc, du temps en moins.

De même, si le texte donne trente-six heures d’orientation en troisième, rien ne dit que les carrefours des formations et autres seront suffisants. L’élève aura toujours besoin d’une forme d’accompagnement personnalisé pour répondre à ses questions et l’aider dans sa réflexion. Et l’on imagine parfaitement des parents estimant que ce qui a été fait ne couvre pas trente-six heures aller se plaindre et réclamer leur dû auprès d’un chef d’établissement ou d’un recteur.

Vraiment, le SNALC ne voit pas commun l’orientation ainsi posée dans les grilles horaires mais sans moyens supplémentaires pourrait ne pas aboutir à moins de temps d’enseignement disciplinaire.

Une proposition pour alléger la charge.

Dans les différentes instances ministérielles où cette question a été abordée, le SNALC a voulu promouvoir l’intérêt des collègues.

Conscient que les professeurs principaux de troisièmes allaient être mis à rude épreuve, nous avons proposé que cette mission soit revalorisée par le biais de la part modulable de l’ISOE ou par une décharge de temps. A chaque fois, le ministère a dit comprendre nos préoccupations mais ne pas pouvoir donner ceci aux collègues.

Le SNALC a donc fait une troisième proposition : à l’instar de ce qui se fait en terminale, mettre en place un second professeur principal en troisième afin de répartir la charge de travail. La même idée a été proposée pour la classe de seconde dans laquelle l’orientation va devenir cruciale et beaucoup plus complexe.

Le ministère s’est montré sensible à cette idée. Souhaitons qu’elle fasse son chemin.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox