DISPOSITIF « DEVOIRS FAITS »

DISPOSITIF « DEVOIRS FAITS »

DISPOSITIF « DEVOIRS FAITS » :
Les conditions sont-elles vraiment réunies
pour assurer « la réussite de tous les élèves » ?

Sylvie CHIARIGLIONE
Membre du bureau national
pedagogie@snalc.fr
8 octobre 2019

Depuis la précédente rentrée scolaire, dans un souci de « justice sociale », le dispositif Devoirs Faits - qui a vu le jour en Octobre 2017- s’est vu étendu à l’ensemble des collèges, supposé mettre à disposition de tous les élèves une possible aide aux devoirs pendant leur temps libre, assurée par des enseignants, des assistants d’éducation volontaires ou des membres d’associations diverses à caractère éducatif.
Le SNALC a interrogé tous les acteurs de ce dispositif – enseignants, AED, élèves et parents d’élèves – pour vous livrer les premières impressions d’une mesure éducative dont les résultats s’avèrent plus nuancés que prévu…

➢ Quels sont les avantages et les inconvénients de l’opération scolaire Devoirs Faits ?

L’idée en elle-même semble intéressante, salutaire et nécessaire dans le monde inégalitaire dans lequel nous vivons. En effet, « Devoirs faits » donne à tous les élèves un accès aux mêmes conditions de travail, réduit le travail scolaire en soirée, offre une assistance personnalisée et l’utilisation d’outils numériques. Le cadre y est calme et serein pour travailler, les groupes sont à effectifs ; cela donne de fait une opportunité de déceler d’autres problèmes chez les élèves que les simples lacunes scolaires, les deux étant souvent liés.
Cependant, la réalité du terrain n’est pas aussi réussie que Monsieur le Ministre semble le mettre en avant dans son livret de rentrée 2019.

Les acteurs principaux, enchantés au premier abord, en viennent vite à reconnaitre que la mise en œuvre d’un tel dispositif ne se fait pas sans quelque entorse au règlement et aux prévisions :

  • le système est basé sur le volontariat. Mais peu d’élèves s’inscrivent au final, préférant les heures d’études classiques.

  • les papiers d’inscription sont plus ou moins bien transmis aux familles.

  • la difficile polyvalence nécessaire pour les adultes volontaires, qu’ils soient enseignants ou éducateurs divers, en laisse plus d’un perplexes.

  • les salles et matériels fournis sont d’inégale pertinence …et /ou existence !

  • les créneaux horaires choisis ne peuvent s’inscrire après les cours (en cause les transports scolaires et l’éloignement de beaucoup d’élèves de leur collège) ayant pour conséquences un bricolage d’emplois du temps varié selon les établissements. Les heures intégrées en journée aux contraintes déjà élevées des enseignements obligatoires, rendent l’accès au dispositif impossible à certains élèves… clou du spectacle !

➢Quels sont les bénéfices de ce dispositif pour les établissements ?

Si certains se réjouissent du nombre d’heures accru à ventiler grâce à ce dispositif dans le cadre de l’autonomie (pour nous néfaste !) des établissements, ce qui pourrait augmenter potentiellement les performances des collégiens, de manière unanime, les enseignants sollicités avouent ne pas constater de spectaculaires progrès chez leurs élèves. Le dispositif permet tout au plus de faire les devoirs dans des conditions plus ou moins heureuses et non de développer des compétences acquises à l’issue des cours traditionnels. Les familles concernées se satisfont souvent de la prise en charge de leurs enfants sans attacher d’importance au contenu et à la teneur des sessions organisées. Quant aux élèves, ils sont satisfaits de faire leur travail sur place, c’est tout. Ceci constitue autant de paramètres qui laissent supposer que cette opération est encore globalement une coquille vide !

➢Quelle solution pour le SNALC ?

Le dispositif Devoirs Faits, ce « mal nécessaire » dans un pays où de plus en plus d’élèves sont seuls et ne trouvent aucune aide à la maison pour des raisons économiques et sociétales que le SNALC prend justement largement en compte, ne devrait-il pas simplement se transformer en cours à effectifs réduits obligatoires dans les enseignements déjà implantés qui ont fait l’objet dans le contexte très récent de Réforme d’une réduction horaire drastique, au mépris de besoins éducatifs qualitatifs nécessaires à TOUS les élèves ?
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox