L’AGRÉGÉ ET LE LYCÉEN ROI

L’AGRÉGÉ ET LE LYCÉEN ROI

L’AGRÉGÉ

ET LE LYCÉEN ROI






Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1433 - octobre 2019
Par Frédéric SEITZ, Président académique de Versailles





Heureux lycéen ! La réforme du lycée prétend le laisser choisir librement ses connaissances et lui ouvrir mille portes sur l’avenir ; l’actualité dirige ses feux sur les questions climatiques et sur une jeune héroïne en qui il peut rêver de s’incarner. Cependant, cette réforme ne fait que lui apprendre à se comporter en consommateur aveugle de la globalisation culturelle, à devenir le produit et la composante d’un monde de l’immédiateté et de la fugacité.


La réforme du lycée est l’avatar de la culture mondialiste globalisée, simulacre de savoir, habit d’arlequin cousu et coloré au fil des rencontres.

Plongé dans un univers où tout est pour lui, le lycéen trempe ses doigts dans la palette des options pour se teindre l’esprit. C’est son droit. On le lui a donné. Il apprend ce qu’il veut. Il peut manquer les cours pour manifester contre le réchauffement climatique, applaudir une adolescente qui tance les responsables politiques puis porte plainte contre eux : il apprend la citoyenneté !

En réalité, pour devenir son propre démiurge, créer soi-même son savoir et sa culture, il faut avoir acquis des bases solides. C’est le rôle que doit avoir le lycée.

Le professeur agrégé, en pédagogue fervent féru de connaissances est le mieux à même de montrer au lycéen comment régner sur son savoir. L’autorité disciplinaire lui permet de conseiller telle formation, d’en écarter une autre, d’indiquer les difficultés du chemin. Cela ne signifie pas détruire les rêves. C’est sous la conduite du maître que l’élève apprend à se mesurer aux difficultés, repousse ses limites, développe son inventivité, fait appel à son imagination et finalement le surpasse.


SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox