RÉFORME DE L’ASSURANCE CHOMAGE : DUR, DUR…

RÉFORME DE L’ASSURANCE CHOMAGE : DUR, DUR…

RÉFORME DE L’ASSURANCE CHOMAGE : DUR, DUR…


Par Danielle ARNAUD,
secrétaire nationale chargée des contractuels
contractuels@snalc.fr
Publié le 05 janvier 2020

Le premier acte de la réforme de l’assurance chômage, concernant les conditions d’ouverture de droits au chômage, est entré en vigueur le 1er novembre 2019. Le second relatif au mode de calcul de l’ARE se déploiera à partir du 1er avril 2020.

Auparavant, pour ouvrir des droits à l’assurance chômage, il fallait avoir travaillé et donc cotisé pendant 4 mois au cours des 28 derniers mois (soit 88 jours travaillés ou 610 heures) pour les actifs de moins de 53 ans.
Depuis le 1er novembre, il faut avoir travaillé 6 mois pendant les 24 derniers mois (130 jours travaillés ou 910 heures) pour les personnes de moins de 53 ans (36 mois pour les 53 ans et plus).
Ces 130 jours ou 910 heures ne sont pas nécessairement continus et peuvent avoir été réalisés chez plusieurs employeurs. Toutes les périodes de travail sont prises en compte, sauf celles ayant déjà servi à une indemnisation.

Pour le rechargement des droits (retravailler avant la fin de ses droits pour en acquérir de nouveaux), jusqu’au 1er novembre, si l’actif travaillait au minimum 1 mois (ou 150 heures), il voyait sa durée d'indemnisation prolongée d'autant. Dorénavant, il lui faut avoir travaillé au moins 6 mois sur l'ensemble de sa période d'indemnisation pour en bénéficier.
Sont particulièrement concernées par le rechargement de ces droits, les personnes multipliant les contrats courts (CDD entre autres), souvent avec le même employeur qui les réembauche.

Autre nouveauté au 1er novembre, les droits à indemnisation s’ouvrent aux salariés démissionnaires, ayant au moins 5 ans d’ancienneté auprès du même employeur, avec un projet de reconversion professionnelle sérieux et réel. Mais, attention, les agents de droit public ne sont pas concernés par le dispositif.

Pour rétablir l’équilibre de l’assurance chômage, soit une réduction des allocations de 4,33 milliards d’euros d’ici fin 2022, les conditions d’éligibilité et de rechargement des droits à l’assurance chômage ont donc été considérablement durcies. Ainsi, les contractuels sont les premières victimes de cette réforme !

Toujours aussi mal rémunérés et désormais de plus en plus mal indemnisés, jusqu’où les économies budgétaires se feront sur le dos des plus précaires ?
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox