Nominations en CPGE en 2014

Nominations en CPGE en 2014

Nominations et mutations en CPGE 2014


Le Groupe de travail sur les nominations en CPGE s'est tenu les 6, 7 et 11 février 2014. Les affectations proposées devront être confirmées et complétées en Formation Paritaire Mixte Nationale (FPMN), les 10, 11, 12 et 13 mars.

Rappelons que les propositions d’affectation formulées lors du groupe de travail de février sont provisoires, la grande majorité d’entre elles – mais pas toutes – sont confirmées lors de la FPMN en mars. Il faut bien attendre la fin de la FPMN pour être sûr d’une affectation : des informations données par le Ministère ou sur i-Prof avant la tenue de la FPMN ont été démenties en FPMN. En outre, certains collègues proposés en février n’ont pas encore été inspectés et leur confirmation sur le poste peut dépendre du résultat de cette inspection. Enfin, entre le GT et la FPMN, de nouveaux postes peuvent être déclarés vacants, en particulier à la suite de départs à la retraite déclarés tardivement.
Pour les postes déclarés vacants après la FPMN, les nominations ne peuvent être prononcées qu’en Affectation à Titre Provisoire (ATP) entre mars et septembre ; dans la majorité des cas et après inspection, les collègues en ATP se voient nommés définitivement lors de la FPMN de l’année suivante. Mais il leur faut absolument candidater de nouveau.

Précisons également que pour un poste une mutation est, le plus souvent, privilégiée devant une première affectation ; il est donc plus difficile d’avoir une première affectation dans des villes très convoitées telles que Lyon, Marseille, Bordeaux…



Modalités de demande de nomination ou mutation en CPGE


Rappelons que la candidature sur SIAM est obligatoire, même pour demander la régularisation d’une Affectation à Titre Provisoire (ATP).

Nous avons posé la question du rôle du dossier papier qui est envoyé en " doublon " aux Inspections Générales : plusieurs nous ont répondu que ce dossier leur facilitait l’analyse des candidatures et qu’ils recommandaient vivement de l’envoyer. Par contre, l’Inspection Générale de Mathématiques ne souhaite pas d’envoi papier et insiste pour que la lettre de motivation soit faite sur SIAM.

De même, à plusieurs reprises, les Inspecteurs Généraux ont recommandé de rédiger et de soigner particulièrement la lettre de motivation (elle doit être la même en ligne et dans le dossier papier), elle reflète la qualité de la candidature, permet de préciser les vœux et établit souvent un premier contact entre l’Inspection Générale et le candidat.

Il est important de souligner de nouveau qu’il ne faut pas postuler uniquement sur les postes qui apparaissent vacants sur SIAM : certains y sont en affectation à titre provisoire, et dans un très grand nombre de cas le collègue est régularisé sur le poste, mais pas toujours. D’autres postes sont libérés par des mutations en chaîne ou libérés/créés tardivement (après la fermeture de SIAM). Il est donc conseillé de demander tous les postes que l’on souhaite.

Comme les années précédentes, les Inspecteurs Généraux ont insisté sur la nécessité de faire des vœux géographiques larges, pour une première demande de nomination en CPGE, quelle que soit la discipline. Ainsi, certaines demandes de nomination ont été directement écartées si elles portaient sur des vœux trop limités.

Rappelons le fonctionnement du Groupe de travail : un ou deux Inspecteurs Généraux, en charge du mouvement dans leur discipline, présentent le projet de nomination/mutation en précisant les filières/niveaux dans lesquels les collègues sont nommés, les mouvements éventuels induits à l’intérieur de l’établissement. Les représentants des personnels peuvent ensuite interroger l’Inspecteur sur la qualité des dossiers présentés par tel ou tel de leurs adhérents ou mettre l’accent sur des situations difficiles (en particulier séparation du conjoint).

On n’évoque donc, au cours de ce groupe de travail, que les personnes qui sont nommées ou mutées, ainsi que les personnes qui ne sont pas nommées/mutées, mais qui ont envoyé une fiche syndicale nous permettant de demander à l’Inspection Générale l’avis qu’elle porte sur leur dossier et de le défendre.

Les cas des collègues non nommés/mutés et qui n’ont pas envoyé de fiche syndicale ne sont donc pas évoqués et aucun avis sur leur dossier n’est émis.


En Sciences et Techniques Industrielles, cette année, l’Inspection a considéré que c’était un petit mouvement car il y avait peu de mouvement en région parisienne et qu’il n’y a pas eu de création de poste. Les jeunes collègues, encore stagiaires, ne peuvent pas avoir d’affectation ; Faire un remplacement en CPGE peut aider à avoir une première affectation.
L’Inspection Générale rappelle que les professeurs exerçant en IUT, qui postuleraient pour une CPGE, peuvent être inspectés à leur demande. Elle insiste également sur l’importance de la mobilité et de la pluridisciplinarité. Ainsi, elle n‘est pas favorable à une mutation au sein d’un même lycée.

En Arts appliqués, trois mutations cette année.

En Anglais, 46 postes étaient ouverts au mouvement cette année contre 38 l’année dernière.
La fourchette d’âge des premières nominations est de 27 ans à 60 ans, avec une moyenne d’âge de 39 ans. Les agrégés stagiaires ne sont pas prioritaires et l’Inspection Générale privilégie l’expérience, en particulier l’expérience acquise en classes préparatoires lors de remplacements.
La lettre doit être cohérente avec les vœux sur ACDI : éviter de demander tout une académie dans la lettre alors que n’apparaît que la grosse ville de l’académie sur ACDI.

En Histoire-Géographie, il y avait cette année 294 candidats, pour 18 postes à pourvoir, c’est à dire deux fois moins de postes que les années précédentes.
Cette année encore, beaucoup plus de candidats en Histoire qu’en Géographie.
La priorité a été donnée aux collègues en place, à ceux qui ont rendu des services à l’institution, ainsi qu’aux rapprochements de conjoints.
Les critères principaux sont l'excellence pédagogique (attestée lors d’une inspection en secondaire ou lors d’une visite à l’Université : un directeur de département peut en effet inviter un Inspecteur Général), un dossier scientifique conséquent comprenant obligatoirement une thèse de doctorat qui peut être qualifiée par le Conseil National des Universités (CNU) et des publications, des activités pédagogiques et scientifiques (formation continue, cours dans le Supérieur).

En Mathématiques, il y avait 393 demandes pour une première affectation, 62 régularisations suite à des nominations en ATP en cours d’année après départ à la retraite ont été effectuées. Il y aura également 12 ouvertures de division et 9 fermetures.
7 postes comprenant une partie de l’enseignement en informatique ont été mis au mouvement.
L’Inspection Générale insiste sur l’importance de la lettre de motivation et recommande de bien préciser dans celle-ci les classes et filières souhaitées, sauf pour une première affectation car elle n’en tient alors pas compte : en tout cas, celle-ci ne s’effectue pas sur un poste en MPSI, et dans une moindre mesure en PCSI.
Pour une première affectation les critères de sélection sont, l’agrégation (chaque année quelques agrégés internes sont nommés), le rang au concours et les titres universitaires qui doivent au moins être un master. Viennent ensuite la qualité du rapport d’inspection et de la note pédagogique, les remplacements effectués en classe préparatoire, ainsi que les compétences en sciences informatiques. La capacité à enseigner l’informatique est désormais un critère primordial.

L'Inspection Générale classe les candidats de 1 à 6 selon leur rang d'agrégation externe ou interne et le diplôme de troisième cycle dont ils sont titulaires (DEA, M2, thèse soutenue ou en cours) ; les Inspections permettent de départager les candidats de même rang ; mais en raison de l'inégalité des répartitions des vœux géographiques, un candidat même classé 4 peut obtenir une CPGE s'il accepte des postes dans des localisations peu demandées.
La mobilité professionnelle et géographique est favorisée, les vœux trop restreints ne sont pas satisfaits. Certaines académies sont trop peu demandées (Besançon, Caen, Clermont-Ferrand, Limoges, Amiens, Poitiers, Reims, Rouen, Dijon) et présentent des postes disponibles.

En Lettres, 256 candidats pour 50 postes. L'Inspection Générale a rappelé l’importance d’une inspection récente ainsi que l’importance de la lettre de motivation.
Les critères retenus sont le rang à l’agrégation, les publications, les travaux de recherche et les titres universitaires, l’expérience pédagogique en collège et en lycée, ainsi que l’expérience de l’enseignement supérieur.
L’âge des candidats est également un critère de choix : être au minimum au 5-6ème échelon, mais ne pas dépasser 55 – 60 ans.

En Sciences de la Vie et de la Terre, cette année encore, un mouvement très restreint et beaucoup de bons candidats qui rendent le choix difficile. L'Inspection Générale de SVT a insisté sur la nécessité de ne pas poser sa candidature en fonction des postes vacants et d’émettre des vœux géographiques les plus larges possibles pour les premières nominations, surtout de ne pas se limiter à Lyon. La priorité va d’abord aux enseignants déjà en BCPST qui demandent une mutation. L’expérience du second degré est demandée.
Enfin, elle a également insisté sur l’importance de l’Inspection et de la discussion avec l’Inspecteur Général dans le choix des candidats.

En Biochimie – génie biologique, un tout petit mouvement pour lequel la connaissance des classes STL est demandée.

En Physique-Chimie, le groupe de travail devait initialement se réunir le vendredi 7 février. Le trop grand nombre de postes vacants, sur lesquels l’Inspection Générale nommera ensuite de jeunes collègues en ATP pour les inspecter en cours d’année et les titulariser ou non l’année suivante, nous a conduit à refuser de siéger et à demander le report du groupe de travail de physique au mardi suivant. Le mardi, l’inspection générale nous soumet un mouvement conforme à nos souhaits.
Les critères retenus restent très classiques : rang à l’agrégation, travaux de recherche, thèse, importance de l’inspection, adéquation entre le profil et le type de poste et de classe.
L’Inspection Générale effectue un classement des candidatures, celui-ci va de A à D, et s'il est basé au départ sur le rang d'agrégation et le diplôme de troisième cycle, il peut évoluer d'une lettre ou même deux vers le haut ou vers le bas en fonction du résultat des inspections et de la réalisation de remplacements. Si certains postes de physiciens sont difficiles à pourvoir, il y a en revanche pléthore de chimistes, et cette année encore, beaucoup d'excellents candidats chimistes n'ont pu obtenir de poste ou de mutation, en particulier sur l’académie de Lyon qui est toujours très demandée pour un nombre de postes très restreint.
L’Inspection générale insiste sur l’importance de la lettre de motivation qui doit, en particulier, faire ressortir clairement les situations difficiles (comme les rapprochements de conjoints par exemple).

En Italien, pour trois postes il n’y a qu’un seul entrant car il y a une régularisation et une nomination d’une collègue qui occupait déjà le poste nouvellement étiqueté cpge.
L’Inspectrice Générale a souligné qu’en plus de la qualité de l’exigence intellectuelle face aux étudiants, les enseignants devaient rayonner et faire " vivre " le poste.

En Allemand, 109 candidats pour 19 postes ; dont 10 régularisations ; grâce aux chaînes, il y a 16 nominations ; les critères principaux sont la priorité aux mutations devant les premières affectations, la qualité du dossier pédagogique, la qualité du dossier scientifique (Doctorat, ENS, publications …). L’Inspection Générale insiste sur la nécessité d’émettre des vœux géographiques larges, il est notamment très difficile d’entrer à Paris pour une première nomination.

En Espagnol, 3 régularisations et 8 postes étaient ouverts au mouvement ; plusieurs candidatures ne sont pas recevables (absence d’agrégation). Les candidatures sont examinées poste par poste, d’où l’intérêt de faire des vœux larges. La note pédagogique et la dernière inspection sont attentivement étudiées. Pour les nominations tardives (après la FPMN de mars), l’Inspection Générale précise que les collègues nommés en ATP sont choisis dans le vivier des candidatures de l’année, cependant elle n’hésite pas à susciter certaines candidatures de la part de collègues qui lui semblent le mériter.

En Sciences Economiques et Sociales, il y avait 14 postes cette année dont 3 régularisations ; beaucoup de candidats de très grande qualité. L’Inspection Générale a insisté sur l’importance du rapport d’Inspection, des diplômes universitaires et du rang à l’agrégation. En général, les postes de ECE1 sont attribués en histoire-géographie et ceux de ECE2 en économie.

En Economie et Gestion, la diversité des types de classes amène l’inspection générale à rechercher la meilleure adéquation entre le profil des candidats et le poste.
Les critères de sélection énoncés par l'Inspection Générale sont les suivants : l’agrégation obligatoire (externe, interne ou par liste d’aptitude) pour une nomination à temps plein, importance des diplômes et du cursus (ENS, HEC, doctorat, expertise comptable …), l'expérience pédagogique, ainsi que l'expérience professionnelle de terrain pour les postes en DCG et ECT. Elle privilégie les mutations sur le même type de classe.
Elle insiste sur l’importance de la lettre de motivation et sur la manifestation du désir d’enseigner une discipline, plutôt que celui de rejoindre un poste géographique. Etre impliqué dans la vie de la discipline notamment en terme de formation est un atout. Enfin, l’Inspection Générale peut rendre visite aux PRAG qui souhaitent enseigner en CPGE.

En Philosophie, beaucoup de régularisations suite à des nominations en ATP en cours d’année pour remplacer des départs à la retraite ou des nominations dans le supérieur.
En plus de l’agrégation qui est indispensable, les critères de l'Inspection Générale sont l'excellence pédagogique et l’importance du rapport d’Inspection, l'investissement personnel dans la classe, les travaux de recherche et l'investissement au service de l'institution (participation aux jurys de concours et d'examens, etc.).
L’inspection générale précise que 3 à 5 ans d’enseignement en Terminale sont nécessaires pour pouvoir postuler et rappelle qu‘elle attache une importance toute particulière à la lettre de motivation qui doit être jointe à toute demande de mutation.
Enfin, il faut demander des postes académiques plutôt que des villes, quitte à refuser les villes proposées par l’Inspection, sans conséquences pour des propositions futures.


Pour toute information sur le mouvement CPGE,

pour tout conseil, une seule adresse :
prepa@snalc.fr



Laure de MONTAIGNE de PONCINS
Jean-Marie GHEYSEN
Commissaires paritaires nationaux
chaires supérieures
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox