VIOLENCE SCOLAIRE : LE SNALC ÉTAIT ENCORE LE SEUL À AVOIR RAISON !

VIOLENCE SCOLAIRE : LE SNALC ÉTAIT ENCORE LE SEUL À AVOIR RAISON !

VIOLENCE SCOLAIRE : LE SNALC ÉTAIT ENCORE LE SEUL À AVOIR RAISON !


Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1437
Par Guy DESBIENS,
membre du Bureau du SNALC de Lille,
Le 28 janvier 2020


« Le respect de l’autorité du professeur est la condition absolue d’un enseignement serein » : une fois n’est pas coutume, nous sommes d’accord avec M. Blanquer.

En effet, le plan de lutte contre les violences scolaires qui vient de paraître au BO de la rentrée 2019 a l’ambition, fait nouveau dans l’Éducation nationale, de renforcer les procédures disciplinaires face aux actes d’incivilité, d’insultes, de menaces, etc.

Si le plan de lutte rappelle évidemment que toute sanction doit être proportionnée et avoir une valeur éducative, il y est aussi préconisé que toute agression ou atteinte doit être signalée et sanctionnée.

Certains chefs d’établissement, assumant leur responsabilité et soucieux de protéger leur personnel, ont pris la décision de faire figurer au règlement intérieur la référence à l’article 433-5 du code pénal, sur « l’outrage » aux « personnes chargées d’une mission de service public, puni de 7 500€ d’amende.

Je peux témoigner personnellement, puisque c’est le cas dans mon lycée, que cette disposition est particulièrement dissuasive lorsqu’elle elle est rappelée dans le bureau du proviseur aux parents et aux élèves concernés qui, sans doute inspirés par la muse de la poésie, se permettent d’attribuer aux professeurs quelques noms d’oiseau…

Et je me permets de rappeler également que le SNALC fut le seul syndicat favorable à cette disposition instaurée par les lois Perben du 9 septembre 2002 : certains syndicats dénonçant même une intolérable « dérive sécuritaire ». En feront-ils aujourd’hui la publicité lorsqu’ils prétendent, sans scrupule, soutenir des initiatives comme #pasdevague ?

Nous invitons tous les collègues du SNALC à proposer au CA de leur établissement l’introduction de cette mention légale au sein de leur règlement intérieur.

contact :
info@snalc.fr



(1) Circulaire n° 2019-122 du 03/09/2019
(2) Cf. l’article de Libération du 6 août 2002 : « Loi Perben : les syndicats d’enseignants sont contre ». Il y était bien précisé que seul le SNALC « a approuvé (dixit) ce retour au bon sens des pouvoirs publics et l’abandon d’une culture de l’excuse aussi pernicieuse que désuète ».
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox