BAC DE FRANÇAIS : C’EST MOINS PIRE

BAC DE FRANÇAIS : C’EST MOINS PIRE

BAC DE FRANÇAIS : C’EST MOINS PIRE






Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1437
Par Jean-Rémi GIRARD,
président national du SNALC,
Le 30 janvier 2020


Le ministère a (enfin) décidé de proposer quelques aménagements concernant les programmes et l’oral de l’EAF, applicables dès cette année. La parole des collègues — et des inspecteurs — aura hélas mis beaucoup de temps à être entendue, plaçant les enseignants dans une situation très anxiogène.

Ce n’est pas grand chose, mais ça change tout. Le simple fait de passer en voie générale d’un minimum de 24 textes à présenter à l’oral à une fourchette de 20 à 24 est un grand bol d’air. Même chose en voie technologique, ou l’on peut désormais présenter de 13 à 16 textes, et non un minimum de 16. Enfin, le renouvellement par quart des oeuvres au programme, et non plus par moitié, permettra d’éviter de jeter trop vite au feu le résultat de dizaines (centaines ?) d’heures de préparation sur La Princesse de Clèves ou Voyage au centre de la terre.

Le SNALC avait averti le ministère dès le départ sur les problèmes nombreux posés par les changements de programmes et d’épreuves en français. Dès le printemps dernier, nous envoyions une lettre détaillant par le menu tous les blocages, toutes les impossibilités. Nous en avons remis une, deux, trois couches au comité de suivi de la réforme du lycée. La visite du coprésident du comité à Nantes, où j’étais du voyage, a probablement enfin fait basculer les choses. Face à des IPR de lettres qui ont eu le courage de monter au front et de rapporter de façon circonstanciée la colère et la détresse des collègues, la parole du SNALC a pris de la consistance. Non, ce n’était pas un caprice syndical. C’était tout simplement la réalité.

Cette même réalité qui continue de dire que l’horaire de première ne permet pas de préparer correctement les élèves à tout ce qui leur est demandé.

Alors la prochaine fois, dans la fameuse « école de la confiance », nous proposons que l’administration fasse un peu confiance à un syndicat représentatif qui a toujours fait preuve d’objectivité dans ses remontées et qui a toujours proposé des solutions applicables (souvenons-nous des précédents allègements de programme en histoire-géographie, fabriqués à partir de nos propositions). Un syndicat, qui, pour reprendre les mots d’un ancien cadre du ministère, « bosse ses dossiers ».


contact :
info@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox