PÉDOPHILIE, OLYMPISME ET EPS

PÉDOPHILIE, OLYMPISME ET EPS

PÉDOPHILIE, OLYMPISME



ET EPS



©SNALC


Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1438,
Par Laurent BONNIN, , secrétaire national à l’EPS
20 février 2020





L’affaire Sarah Abitbol secoue le monde du sport, d’autant qu’elle coïncide avec l’enquête de Disclose « Le revers de la médaille » qui révèle l’existence de 77 affaires d’abus sexuels, concernant 276 victimes de moins de 15 ans, dans 28 sports et note « des rêves de podium brisés. De jeunes athlètes murés dans le silence. Des enfants traumatisés, n’osant plus courir, nager ou combattre. Des centaines de victimes démunies face à l’omerta, au déni et à l’ignorance de la grande famille du sport ».

Le monde du patinage, mais aussi ceux de la gymnastique, de la natation, du judo, de l’athlétisme, des sports collectifs ... sont touchés. Ils amènent 54 athlètes olympiques à signer une tribune «Il est temps de donner de la voix» dans le Parisien, en soutien aux victimes. Pourtant le phénomène n’est pas nouveau !



En 2008, une enquête du Ministère de la Santé de la Jeunesse et des sports visant « l’étude des violences sexuelles dans le sport en France » démontrait que 30 % d’un échantillon de 356 jeunes de 13 à 23 ans avaient subi des formes d’abus et que le taux général des violences sexuelles dans le sport, établi autour de 12 %, était deux fois supérieur au taux national. Quand on sait qu’aujourd’hui la France compte 8 millions de jeunes licenciés une projection de ces statistiques sur un nombre potentiel de victimes s’avère glaçante.

En 2007, le CIO dans sa « Déclaration de consensus sur le harcèlement et les abus sexuels dans le sport » avait conclu que si tous les sports, à tous les niveaux, étaient concernés, "ces actes semblent toutefois plus fréquents dans le sport d'élite ».

La quête d’excellence, nationale et internationale, passe aujourd’hui par des apprentissages intensifs extrêmement précoces. Les enfants, extraits de leurs familles, intègrent des centres de formation où ils sont isolés et soumis à une triple emprise : celle de l’entraîneur sur l’entraîné, celle de l’adulte sur l’enfant, celle de l’homme sur des jeunes. Ces éléments, doublés du consentement à l’effort et à la souffrance, facteurs valorisés de dépassement et de réussite, rendent possibles des abus extrêmes. Le rapport du CIO précise d’ailleurs :« Les personnes qui sont dans l'entourage de l'athlète et qui sont en position de pouvoir et d'autorité semblent [en] être les principaux auteurs ».

Au dopage, à la corruption, aux lobbying publicitaires, aux paris sportifs, au star système, s’ajoutent des affaires de pédophilie qui ternissent encore un peu plus l’image des sports olympiques, où seul compte le gain, quelque en soit le prix. Les enjeux économiques et politiques sont de taille. Ils expliquent que "dans le sport, l'omerta est plus forte qu'ailleurs" (V. Lebar, Présidente du Comité éthique et sport) et que, plus de 10 ans après ces études sur les violences et abus sexuels dans le sport, la situation en est encore là.

L’enquête de Disclose étudie par ailleurs certaines failles responsables de la permanence de ces pratiques pédocriminelles. Elle pointe « l’absence de contrôle des éducateurs bénévoles, le maintien en poste d’encadrants sous le coup d’une procédure judiciaire ou déjà condamnés, le défaut de suivi socio-judiciaire et l’inaction de dirigeants ayant choisi d’étouffer le scandale plutôt que défendre l’intégrité de leurs licenciés».

Alors M. Blanquer, cessez de confondre dans vos discours Éducation physique et Sport. Cessez d’utiliser la première, en laissant croire qu’elle vous préoccupe, avec vos labellisations « génération 2024 » et vos classes olympiques pour surtout assurer le succès du second. Si dans leurs contenus l’EPS et le Sport ont quelques similitudes, dans leurs finalités et leurs méthodes ils sont bien distincts.


Nous sommes à votre écoute : eps@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox