PIAL : PROFESSEUR OU DRH ?

PIAL : PROFESSEUR OU DRH ?

PIAL : PROFESSEUR OU DRH ?



JUSQU’OÙ IRA LE DÉVOIEMENT DE NOS MISSIONS ?



© SNALC


Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1438,
Par Olivier MOREAU , secrétaire académique du SNALC Nantes
20 février 2020





Les AESH affectés en PIAL sont placés sous la tutelle d’un IEN de secteur pour le premier degré, et d’un chef d’établissement (collège ou lycée de secteur) pour le second degré. La nouveauté induite par la circulaire de rentrée 2019-088 du 05 juin 2019 consiste à s’appuyer sur des collègues pour organiser l’emploi du temps des AESH. Pour le moment il n’est pas question de recrutement : jusqu’à quand ?


LE SNALC S’INTERROGE :

1°/ Jusqu’où ira le dévoiement de nos missions ? Notre mission première est d’enseigner, pas de gérer des AESH. De plus, les AESH sont des personnels extrêmement maltraités par le système éducatif. Demander aux professeurs (1er ou 2nd degré) de gérer la pénurie, pire, de l’organiser, revient à nous demander d’approuver un système inhumain et d’y collaborer.

2°/ Cette même circulaire demande aux collègues de s’occuper « du suivi de la qualité de l’inclusion scolaire ». Les professeurs deviendront-ils des « faisant fonction d’IEN » pour juger la qualité du travail des AESH et estimer si ces personnels peuvent rester ou être licenciés ? Lourde tâche morale !

3°/ DRH, inspecteurs bis, les casquettes se multiplient. Est-ce là le début de la réflexion sur le métier de professeur du XXIème siècle que le ministre appelle de ses voeux ?
Car en fait de rémunération, et alors qu’on promet des milliards, cette mission sera payée par une IMP. Rémunération misérable face à l’importance de la mission !

Enfin, dernière nouveauté, dans les projets de DGH 2020-2021 présentés actuellement, les IMP s’amenuisent drastiquement (au moins dans les collèges), prélude sans doute à leur disparition. Or en même temps, on s’aperçoit que les chefs d’établissement prévoient d’office dans l’attribution des IMP, une case « gestion RH des AESH » pour le PIAL dont ils ont la responsabilité, forçant ainsi la main aux collègues pour choisir cette mission.

Le SNALC dit clairement aux professeurs : refusez ce quart de décharge ou cette IMP. Votre travail sera beaucoup plus intensif que le gain de salaire avancé, et vous donnerez la main à un système profondément irrespectueux des personnels, qui tente de profiter de vous pour se défausser de ses responsabilités.



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox