CAEN : MENACES SUR LES CLASSES PRÉPARATOIRES

CAEN : MENACES SUR LES CLASSES PRÉPARATOIRES

CAEN :



MENACES SUR LES CLASSES PRÉPARATOIRES



© SNALC


Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1438,
Par Christophe REPPLINGER , commissaire paritaire SNALC chaire supérieure
20 février 2020





Malgré les discours se voulant rassurants des Ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, des menaces continuent de planer sur les classes préparatoires. Il semble que celles-ci soient traitées comme une variable d’ajustement par des rectorats à la recherche d’économies, face auxquelles les louables ambitions d’ouverture sociale pèsent bien peu.

Comme il pourrait être malvenu en termes de communication de fermer des classes préparatoires qui n’ont pas de problème d’attractivité et réussissent à remplir leurs classes, certains rectorats décident tout simplement de les empêcher de recruter, pour ensuite mieux les accuser d’avoir de trop faibles effectifs et de représenter un coût trop élevé pour la collectivité. Pour preuve, au lycée Charles de Gaulle de Caen, le rectorat a décidé qu’à la rentrée prochaine le nombre de places serait limité à 24 (alors qu’il y a typiquement 48 places dans une classe) et que l’internat serait fermé. Or depuis plusieurs années, ces deux classes de filière ECE – première et deuxième année – ont des effectifs qui dépassent régulièrement ce chiffre, avec des taux de boursiers situés entre 35 et 50 %. Elles remplissent donc parfaitement leur rôle d’ascenseur social, auquel contribue particulièrement l’internat.

Les Ministres ont pourtant missionné les Grandes Écoles pour leur demander de définir des pistes permettant de renforcer la diversité sociale de leur recrutement. Il est difficile de saisir en quoi la fermeture d’une classe préparatoire de proximité qui permet à des jeunes de milieux modestes d’accéder à ces Grandes Écoles va contribuer à favoriser l’ouverture sociale. Le SNALC a donc écrit à la Rectrice ainsi qu’aux Ministres concernés pour leur demander de revenir sur cette décision dont les premières victimes seront les élèves de milieux modestes.

Le SNALC défend les classes préparatoires comme outil de méritocratie républicaine et reste extrêmement vigilant sur toutes les tentatives de déstabilisation.


Pour consulter la lettre au ministre : http://snalc.fr/uploads/documents/national/QU1438_CPGE_CAEN_lettre_ministre.pdf

contact : info@snalc.fr

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox