PROFESSEUR PRINCIPAL EN COLLÈGE: LA COUPE EST PLUS QUE PLEINE

PROFESSEUR PRINCIPAL EN COLLÈGE: LA COUPE EST PLUS QUE PLEINE


PROFESSEUR PRINCIPAL EN COLLÈGE ?

LA COUPE EST PLUS QUE PLEINE !





Article paru dans la Lettre pédagogique n°4,
Par Sylvie Chiariglione, , secrétaire académique du SNALC Corse
28 février 2020





Nous ne reviendrons pas sur le contenu de la circulaire n°2018-108 du 10 octobre 2018 -Bulletin Officiel n°37 du 11.10.18- définissant les nouveaux rôles et missions des professeurs principaux en collège et lycée : l’aventure promettait dès parution d’être épique, de l’ordre de l’héroïque si lesdits désignés réussissaient à tout gérer sans faillir !


Essai transformé en collège ! Bingo sur les pronostics ! Nous choisirons la métaphore sportive pour tenter de détendre l’atmosphère et décrire avec le plus de souplesse possible ce que de nombreux collègues présentent malheureusement comme une mission de plus en plus chronophage, éreintante, voire avilissante ou risquée dans certaines situations... sans biscuit financier à hauteur du préjudice ni- parfois- apport énergétique de la hiérarchie en cas de luxation ou de maux de ventre occasionnés par des débats passionnés avec les familles…

Un poste sur le terrain qui forçait autrefois le respect !

De nombreux enseignants sont professeurs principaux depuis longtemps, d’autres depuis toujours ! Capitaines d’équipe reconnus, arbitres au coup de sifflet juste et précis, ils imposaient équité, noblesse de jeu scolaire, insufflaient ambition et passion du métier, suivis et soutenus, talonnés des plus jeunes, avides de se former pour pouvoir gravir un jour eux-mêmes les marches du podium.

Une banalisation des olympiades …

Las ! Le collège a bien changé ! Il est devenu une véritable arène où le professeur principal, seul au bas des gradins, gladiateur aux maigres trophées, a bien de la chance s’il perçoit encore sa mission comme celle d’un homme libre !

Plus souvent contraint d’accepter une classe que de la choisir lui-même, rarement lu sur sa fiche de vœux, incité malgré lui à relever le défi de la gestion d’élèves de plus en plus difficiles à maitriser et à satisfaire – ce qui pouvait justifier son souhait de ne plus être proposé pour la mission – le prof principal nouveau est né, multitâche, silencieux tant qu’à faire, fonctionnel et automatisé, auto-rechargeable, etc.

Novices, ne plus s’abstenir surtout, on a besoin de monde !

Au-delà des missions désormais imposées (et en plus imposables !) – orientation, gestion des stages, de l’aide aux devoirs etc… - il en est une qui fleurit çà et là, outrepassant les règles du jeu, faisant définitivement passer le PP de maitre à esclave, s’il ne l’était déjà : la remise des bulletins aux parents !

Sous couvert de dialogue avec les familles, ces rendez-vous nocturnes sans protection administrative dans les couloirs passée une certaine heure, ni formation en psychologie parentale, sont les derniers nés d’une série de mesures prises à l’interne dans les collèges, en toute opacité….

Gestion de l’inclusion et paperasse administrative : le coup de grâce !

Si le professeur principal sait combien il est nécessaire d’intégrer des élèves à besoins éducatifs particuliers, il n’en reste pas moins que sa formation à ce type de profils scolaires est inexistante, que l’Institution est pleine de bonnes intentions mais ne se donne pas les moyens de mettre aux normes son terrain d’action, de mettre en place des stages pour aider les PP à gérer l’inclusion. Chacun fait comme il peut ! L’on dira que la conscience professionnelle est encore de mise, que l’adulte garde sur l’enfant un œil bienveillant que sa fonction lui dicte, mais que cet enfant-là n’est pas géré par des professionnels de l’inclusion pour autant ! A qui la faute ?

Enfin, comble de tout, les professeurs principaux de collège sont de plus en plus nombreux à se voir confier – sur leur temps de classe ou non ! - des missions de distribution de papiers en tous genres, de la cantine aux autorisations de sorties diverses, avec obligation de tout récupérer dans les plus brefs délais pour faire remonter dans les administrations et vies scolaires… Est-ce normal ?

Le SNALC affirme que la coupe est pleine ! Loin d’être celle d’une quelconque victoire suite à la mise en place de mesures de gestion réfléchies, cette coupe pèse de tout son poids sur les enseignants avilis que nous sommes. Les missions des professeurs principaux doivent retrouver leur noblesse d’antan, respecter le principe de liberté individuelle, pédagogique et certaines règles du jeu qui faisaient notre profession !





contact : info@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox