RÉOUVERTURE : COMMENT RETOURNER A L'ÉCOLE ?

RÉOUVERTURE : COMMENT RETOURNER A L'ÉCOLE ?




RÉOUVERTURE :

COMMENT RETOURNER A L'ÉCOLE ?




Suite aux annonces du ministre sur l'organisation de la réouverture des écoles, collèges et lycées, Daniel BERCOFF interroge Jean-Rémi Girard, président du SNALC, dans l'émission Bercoff dans tous ses états du 22 avril 2020, sur SUDRADIO.





Cliquez sur l'image pour lancer le podcast :
Le sujet débute à 16:57

L'intervention de Jean-Rémi Girard commence à partir de 18:20





EXTRAITS :


Citation:

André Bercoff : Où en est-on ? c’était clair au début mais plus maintenant depuis les déclarations de Jean-Michel Blanquer…
"Il faut en discuter avec l’Éducation nationale. On a eu une visioconférence avec le ministre, comme les organisations syndicales représentatives, puis on a découvert ces annonces et ces hypothèses avec surprise. Il faut étudier la possibilité d’une réalisation de ce plan les problèmes que cela cause. Mais avant ça, il faut savoir sur quoi on s’appuie au niveau scientifique pour rouvrir les écoles : nous n’avons aujourd’hui aucune info sur ce sujet."


André Bercoff :Vous avez découvert ça dans la presse ?
"Oui, comme d’habitude. De la part de M.Macron, comme du ministre sur ce plan détaillé. On attend les fameux échanges où tout doit se construire avec l’ensemble des acteurs : pour le moment, on n’a rien construit ensemble."


André Bercoff : Au fond, les Français doivent se remettre au travail et il faut donc garder les enfants ; il faut avancer : alors, que fait-on ?
"Pourquoi commencer par les écoles ? On a un Conseil scientifique, qui au début avait préconisé la fermeture des écoles, études à l’appui. Aujourd’hui, on a une annonce politique, probablement pour des raisons économiques – et ce n’est pas u gros mot, « l’économie » - qui ne se fonde sur aucune information sanitaire scientifique rendue publique justifiant la réouverture. Au SNALC, on défend les personnels, on ne donc va pas laisser les gens retourner sans aucune garantie sanitaire. Il est anormal de ne pas avoir un avis écrit public du Conseil scientifique."


André Bercoff : Il y a des polémiques entre médecins, mais beaucoup disent que les enfants seraient prémunis…
"On entend tout et son contraire. Il y a une personne que nous avons tous entendue et qui incarne l’autorité dans notre pays : le Premier ministre, qui dans sa conférence de presse de 2 heures a dit que les enfants pouvaient transmettre le virus. Peu importe les avis çà et là et les cas particuliers ou isolés. Tant qu’on n’a pas prouvé le contraire, on part de ce principe.
Actuellement, on accueille les enfants des personnels soignants par groupe max de 8, exceptionnellement 10, globalement 4 ou 5. D’un coup, le chiffre de 15 sort d’un rapport allemand dont la situation n’a rien à voir avec la choucroute. Les hypothèses avancées ne s’appuient sur rien. Alors forcément il y a de l’inquiétude dans la mesure où l’on ne se réfère même pas à l’autorité scientifique qu’on a posée dans ce paysage."







-----------------------------

Consulter la rubrique dédiée sur le coronavirus
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox