INQUIÉTUDES FACE À LA RÉOUVERTURE DES ÉCOLES LE 11 MAI

INQUIÉTUDES FACE À LA RÉOUVERTURE DES ÉCOLES LE 11 MAI




INQUIÉTUDES FACE À LA RÉOUVERTURE

DES ÉCOLES LE 11 MAI




Le conseil scientifique déconseillait une rentrée scolaire en mai et juge que c'est une "décision politique".

Jean-Rémi Girard, président du SNALC, fait part de ses inquiétudes face à la réouverture des écoles le 11 mai, dans L'interview Actu de Wendy Bouchard de l'émission Le grand journal du soir-week-end du 26 avril 2020, sur EUROPE 1.





Cliquez sur l'image pour lancer le podcast :




EXTRAITS :


Citation:

Wendy Bouchard : Dans quel état d’esprit êtes-vous pour assurer l’accueil des élèves à partir du 11 mai ?
"Le SNALC, mais aussi l’ensemble des enseignants et des personnels, tout le monde est inquiet et remonté. Cet avis du Conseil scientifique qui date du 20 avril proposait de maintenir les écoles fermées jusqu’en septembre. On a tous compris que l’annonce de la réouverture est une annonce faite sans l’aval du Conseil scientifique, et même avant. Donc ce n’est pas une décision sanitaire, c’est une décision politique. C’est grave!"


Wendy Bouchard : Pour nos homologues italiens, la santé est prioritaire, le gouvernement prévoit des risques de contagion. Pourquoi est-ce différent en France ?
"En effet, les courbes de mortalité sont assez semblables entre les deux pays. On a voulu se fonder sur des comparaisons avec d’autres pays, en citant toujours des pays qui n’ont rien à voir pour la situation sanitaire. Par exemple, si on avait la situation du Danemark, on serait à 4000 morts et non à plus de 20000. Un pays comme l’Italie qui va aussi déconfiner, a pris la décision de maintenir fermés les établissements scolaires et écoles jusqu’en septembre. On choisit donc ce qui arrange quand ça arrange : on consulte le Conseil scientifique quand ça arrange et on s’assoit sur son avis si ça n’arrange pas. Il en va de même avec les comparaisons internationales."


Wendy Bouchard : Des mesures barrières sont recommandées par le Conseil scientifique, avec le port obligatoire de masques pour les collégiens et lycéens, des modalités pour les repas… Il va falloir s’adapter très vite ?
"Aujourd’hui, on n’a pas commencé et on ne sait absolument pas comment ça se passe. Puisque le gouvernement n’a pas suivi l’avis du Conseil scientifique, va-t-il aujourd’hui suivre ses recommandations ? On devrait être en train de poursuivre et d’élargir l’accueil des enfants de soignants parce qu’on peut comprendre le problème de la reprise économique. Mais en réalité, on est en train de réagir et décider dans l’urgence. Les annonces sont faites sans en avoir parlé à personne. Le plan qui va être annoncé mardi n’a pas été discuté du tout : on ne sait pas ce qu’il contient. On nous avait promis de la co-construction : il n’y a rien."


Wendy Bouchard : Mais vous allez être reçus demain ?
"Non, le ministre ne reçoit pas les syndicats : il a reporté toutes les visioconférences après les annonces. Ce plan n’a jamais été discuté en amont avec les personnels concernés !"






-----------------------------

Consulter la rubrique dédiée sur le coronavirus
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox