CTM du 5 mai 2020 : déclaration du SNALC

CTM du 5 mai 2020 : déclaration du SNALC

Comité Technique Ministériel du 5 mai 2020





Quelques informations reçues au cours du CTM du 5 mai (mise à jour 21h20) :

  • Titularisation des stagiaires : la position du ministère va être rapidement diffusée au sujet des modalités et du calendrier de titularisation. Le ministère rencontrera les académies demain 6 mai. Il ne faut donc pas tenir compte des éléments qui ont pu être donnés dans certaines académies (par exemple, annonçant que cette titularisation aurait lieu en décembre...)

  • Les résultats des admissibilités des concours vont être débloqués de façon imminente pour les concours pour lesquels ils n'avaient pas encore été communiqués.

  • Le dispositif d’ASA (autorisation spéciale d'absence) pour garde d’enfants sera maintenu pour le mois de mai. Fin mai, un point sera fait sur la situation sanitaire afin déterminer s'il y a lieu de poursuivre les réouvertures et le dispositif d'ASA.
    Attention : ce dispositif n’est pas applicable à ceux qui ne veulent pas remettre leurs enfants à l’école, mais seulement à ceux qui ne peuvent pas. Par exemple, pour ceux qui ont des enfants en 4e ou des enfants qui ne font pas partie des premiers niveaux à reprendre.



Déclaration du SNALC



Monsieur le Ministre,
Mesdames et Messieurs les représentants de l'administration,
Mesdames et Messieurs les membres élus du Comité Technique Ministériel,

Nous sommes dans une situation exceptionnelle grave.

Le SNALC, syndicat représentatif dans les premier et second degrés, a la responsabilité et la volonté de représenter des personnels très majoritairement angoissés ou en colère, enquêtes à l'appui. Il essaie depuis le début de trouver un chemin équilibré entre l’impératif sanitaire et les valeurs qu’il a toujours défendues. Pour le SNALC, c'est l'impératif sanitaire qui est actuellement prioritaire.

C'est pourquoi le SNALC défend auprès du ministère, des rectorats, mais aussi auprès de l'ensemble des élus locaux :

    ➢ une reprise en présence à la rentrée de septembre dans les écoles, collèges et lycées, comme préconisé par le Conseil scientifique ;
    ➢ la poursuite et élargissement de l'accueil jusqu'à présent réservé aux enfants des personnels soignants et assimilés, par groupes de 5 (maternelle) ou 8 maximum, dans des conditions sanitaires améliorées par rapport à l'existant, et toujours fondé sur le volontariat (jusqu'à présent massif) des personnels ;
    ➢ la poursuite de la « continuité pédagogique », avec tous ses défauts, mais qui a le mérite d'être désormais bien rodée, les collègues continuant de travailler avec sérieux.

Le SNALC continuera d'informer l'ensemble des personnels de l'Éducation nationale sur leurs droits — droit de retrait, droit de grève — et sur les moyens de les exercer.

Nous reviendrons en séance sur les nombreux problèmes posés par le protocole sanitaire, dont l'ensemble des préconisations est impossible à appliquer. Dans le même temps, les formulations retenues sur le port du masque et la distanciation sont pour nous inacceptables, car elles font peser toute la responsabilité sur les personnels, et elles actent le fait que cette distanciation ne sera pas respectée.




Paris, le 5 mai 2020



Contact :
Jean-Rémi GIRARD, président du SNALC, girardsnalc@yahoo.fr







Déclaration intersyndicale


Citation:

Après le discours du Premier ministre devant l’Assemblée nationale, nos organisations syndicales ne peuvent que constater, à ce jour, que la date d’ouverture de l’École et l’organisation de la reprise sont précipitées.

La reprise scolaire envisagée par le gouvernement repose sur le volontariat des familles ce qui contrevient aux objectifs du système scolaire. Beaucoup d’entre elles d’ailleurs subiront des pressions économiques qui les contraindront à envoyer leurs enfants à l’École.

Les annonces du Premier ministre d’une reprise avec un cadre insuffisamment préparé mettent les personnels en difficulté et insécurité et font peser sur les acteurs locaux une responsabilité qui n’est pas la leur.

Les réalités matérielles existantes (sanitaires, superficie des salles de classe et des locaux…), le nombre d’adultes effectivement présents (enseignants, AESH et ATSEM) et les équipements de protection réellement disponibles font que les conditions sanitaires d’une réouverture des écoles n’ont pas été apportées par le gouvernement pour une reprise à partir du 11 mai.

Notre priorité est d’abord la santé des élèves et des personnels et l’ouverture des écoles doit être conditionnée à des garanties indispensables.

Nos organisations demandent au président de la République et à son gouvernement de renoncer à l’imposer, elles s’opposeront à toutes tentatives de pression sur les personnels.

Paris, le 05 mai 2020








-----------------------------

Consulter la rubrique dédiée sur le coronavirus
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox