RÉOUVERTURE DES LYCÉES ET COLLÈGES: QUEL INTÉRÊT AU MOIS DE JUIN?

RÉOUVERTURE DES LYCÉES ET COLLÈGES: QUEL INTÉRÊT AU MOIS DE JUIN?




RÉOUVERTURE DES LYCÉES:

QUEL INTÉRÊT AU MOIS DE JUIN ?




Jean-Rémi Girard, président du SNALC, répond sur la réouverture des lycées et collèges à partir du 2 juin, dans L'interview Actu de Wendy Bouchard de l'émission Le grand journal du soir-week-end du 31 mai 2020, sur EUROPE 1.





Cliquez sur l'image pour lancer le podcast :




EXTRAITS :


Citation:

Wendy Bouchard : C'était une demande du SNALC l'annulation de l'oral de l'EAF ?
Oui, du SNALC et de l'ensemble des organisations syndicales, à la fois pour des raisons sanitaires car il est compliqué de mettre en place cet épreuve pour 540 000 élèves et des examinateurs qui n'appartiennent pas à l'établissement où ils doivent se rendre, à la fois aussi pour la dimension pédagogique problématique : cet oral est un exercice compliqué avec beaucoup d'étapes, et les élèves n'y étaient pas bien préparés. Certains élèves n'ont même pas eu d'oral blanc.


Wendy Bouchard : Ça veut dire qu'on se dirige vers une grande indulgence pour cette session du bac 2020 ?
Ça veut dire qu'on va essayer de la faire ressembler à celle des années précédentes et s'appuyer sur les résultats que les établissements ont eu au bac les années précédentes pour faire quelque chose qui soit comparable. On va prendre les notes du bulletin, le contrôle continu, et



Wendy Bouchard : Quel intérêt et quel but voyez-vous à la réouverture des lycées à moins d'un mois de la fin de l'année scolaire ?
Pas beaucoup. Dans les lycées, la plupart des conseils de classe de seconde ont eu lieu ou vont avoir lieu la semaine prochaine. Même chose pour les terminales. On ne pense pas revoir énormément d'élèves. On est sur un intérêt communicationnel : on peut ainsi annoncer qu'on a rouvert les établissements en France mais il ne va pas se passer grand chose, à part de la déception pour certains parents. Car, avec le protocole sanitaire, on n'est pas en capacité d'accueillir beaucoup d'élèves à la fois, notamment pour les collèges en zone verte qui devraient en plus accueillir les 4es et 3es. Plusieurs parents vont trouver porte close et certains verront que l'on ne pourra plus - ou moins bien - accueillir leurs enfants.


Wendy Bouchard : D'autres syndicats soulignent l'intérêt de la réouverture pour permettre des cours de remise à niveau et un accompagnement un peu plus individuel, notamment en lycée professionnel.
Selon les retours que l'on a sur les lycées professionnels où nous syndiquons beaucoup, c'est que les élèves en très grande majorité ne reviendront pas. Et même si on ne peut pas tous les accueillir, il y a de toute façon moins d'élèves que la capacité d'accueil. La re sociabilisation, c'est certes important. Mais aujourd'hui, on a 80% des enfants qui ne sont pas dans les écoles, collèges, lycées. Ce ne sera pas mieux en juin. On va s'occuper de ceux qui seront là mais ils seront peu nombreux : ce ne sera pas non plus ce qu'on appelle "faire l'école". D'autant qu'il faut continuer de s’occuper de ceux qui sont à distance : on ne peut pas se démultiplier. C'est pour ça qu'il faut préparer aujourd'hui la rentrée de septembre : là est l'urgence.






-----------------------------

Consulter la rubrique dédiée sur le coronavirus
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox