NOUS NE SOMMES PAS DES TIRE-AU-FLANC

NOUS NE SOMMES PAS DES TIRE-AU-FLANC

Mot du président

Jean-Rémi GIRARD




NOUS NE SOMMES PAS


DES TIRE-AU-FLANC








C'était trop beau pour durer. Que reste-t-il aujourd'hui des belles paroles d'hier, des éloges sur l'investissement des professeurs et des personnels de l'Éducation nationale ? De l'accueil des enfants des personnels soignants, où l'on avait trop de volontaires ? De la continuité pédagogique mise en place sans préparation et sans filet, avec les moyens du bord, i.e. nos moyens propres ? Visiblement plus grand chose.

L'ambiance est redevenue assez traditionnelle et, à défaut de reprendre le championnat de football, beaucoup se sont remis à l'un de nos sports nationaux préférés : taper sur les profs. Je dis « profs » car on nous attribue rarement le titre complet et on ne prend pas le temps non plus de citer les autres métiers du ministère, mais les CPE, AED, AESH, Perdir, ATSS, Psy-EN… sont bien sûr du voyage.

De quoi serions-nous coupables, cette fois-ci ? Apparemment nous « renâclons ». Nous « rechignons ». Bref, nous ne voulons pas reprendre — ce qui nous permet de découvrir que nous nous serions arrêtés… bizarrement, nous n'avions pas remarqué. C'est évidemment notre faute si tel parent ne peut voir son enfant accueilli chaque jour en maternelle. Les contraintes sanitaires, c'est nous, bien sûr.

Il faut dire que nous ne sommes pas aidés. Notre ministre a visiblement comme principal objectif de laisser penser que tout le monde pourra remettre son enfant à l'école d'ici la fin de l'année. S'il est plutôt clair les jours pairs sur le protocole sanitaire, il se laisse davantage aller les jours impairs. L'institution aurait tout à gagner à expliquer clairement les conséquences du protocole sanitaire et que, si une partie des enseignants est à distance, c'est non seulement normal, mais également souhaitable. Ce serait nettement plus productif que d'essayer de faire croire que nous allons assurer les 2S2C (Sport-Santé-Culture-Civisme… soupir…) à coups de complément de service ou d'heures supplémentaires, avant de nous lancer dans les « vacances apprenantes » (sic).

Dès lors, la porte est ouverte à toutes les ignorances et à tous les ressentiments. Nous voici « aux abonnés absents » et « tire-au-flanc » dans un quotidien national. Et sous une autre plume bien connue, nous voici comparés, à notre désavantage, avec « [l']importante mobilisation des personnels de santé et des forces de l’ordre ». C'est d'autant plus triste et fatigant que la quasi-totalité des journalistes spécialisés sur les questions d'éducation ont parfaitement compris la situation et font preuve de nuance et d'honnêteté.

Face à ce phénomène, le SNALC défend plus que jamais nos métiers. Dans les instances, dans les rectorats, dans les écoles, collèges et lycées, mais aussi dans les médias, avec une forte présence. Pour rétablir la vérité. Pour expliquer aux parents, au grand public et à certains pseudo-journalistes que la situation est tout aussi compliquée pour nous que pour eux. Et que non, définitivement, nous ne sommes pas des tire-au-flanc.






Le président national, Jean-Rémi GIRARD

le 9 juin 2020




Citation:
Déclaration commune au CSE du 11 juin 2020


SNEs-FSU, SNUIpp-FSU, SNUEP-FSU, SNEP-FSU, FSU, SE-UNSA, SNALC, SGEN-CFDT, FEP-CFDT, Sud éducation, CGT educ’action, SNFOLC

Certains médias sont actuellement lancés dans une campagne de dénigrement des professeurs, de leur supposé manque de travail durant le confinement, de leur supposée réticence à reprendre le chemin des écoles et des établissements.

Les organisations membres du CSE s’indignent de ces discours mal informés, stigmatisant l’ensemble d’une profession. Le service public d’éducation a tenu pendant cette période difficile par l’investissement des personnels, en dépit des nombreuses difficultés auxquelles ils ont été confrontés. Les facteurs limitant la reprise sont avant tout d’ordre médical et matériel, liés à l’application des consignes et du protocole sanitaires.

Les organisations du CSE demandent au ministre de s'exprimer publiquement pour dénoncer cette campagne calomnieuse et soutenir les personnels de son ministère.







Cliquez sur l'image pour télécharger la Quinzaine universitaire n°1442 :


.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox