RÉOUVERTURE : QUEL INTÉRÊT AU MOIS DE JUIN ?

RÉOUVERTURE : QUEL INTÉRÊT AU MOIS DE JUIN ?

RÉOUVERTURE :

QUEL INTÉRÊT

AU MOIS DE JUIN ?








Par Sébastien VIEILLE, secrétaire nationale à la pédagogie
Paru dans la Quinzaine universitaire n°1442
Le 12 juin 2020




Depuis le 2 juin, presque tous les établissements scolaires rouvrent leurs portes. Les moins informés ou les moins honnêtes intellectuellement diront que les profs se remettent au boulot. Les autres savent que nous sommes là pour tout, sauf pour vraiment faire classe.


Une circulaire et des fiches EDUSCOL. Les fiches sont indigentes voire dangereuses. La circulaire est largement inspirée du protocole du conseil scientifique. Dès lors, elle est contraignante d’un point de vue sanitaire. Cela s’appelle le principe de précaution. Un principe qui semble inutile quand la catastrophe ne se produit pas ; alors que, finalement, peut-être l’a-t-on évitée grâce à lui.

Pour le reste, la gestion de cette réouverture est clairement bancale.

Le ministère vend, dans les médias ou sur Eduscol, une réouverture pour renouer le lien, revenir sur les fondamentaux, remédier ou approfondir, lutter contre les traumatismes ou même éviter les dérives sectaires. Il faut, tout en laissant le choix aux familles – et par extension, aux élèves – qu’ils reviennent tous entre les murs, au moins une fois. Pour cela, les personnels doivent être en présentiel et devenir tout à la fois professeurs de français et de mathématiques, assistants sociaux, psychologues, et autres.

Face à cet affichage et aux injonctions faites aux personnels, les faits sont têtus. Même si cela est plus ou moins sensible selon les régions, une très grande partie des élèves ne reviennent pas et ne reviendront vraisemblablement pas, surtout dans le secondaire. C’est pour cela qu’il faudra encore des professeurs en distanciel.

D’aucuns essaient de faire croire que nous renâclons. Mais nous sommes bien là comme nous l’étions durant le confinement. Il manque seulement une direction, une vision de la part de l’institution qui communique mais apporte peu à ses troupes tout en demandant tout et son contraire.

Pour le SNALC, il ne faut ni mentir ni se mentir. Au regard des contraintes, l’année scolaire est pédagogiquement terminée. Il est temps de préparer 2020-2021 afin de rattraper ce qui doit l’être et ne pas construire des châteaux sur des sables mouvants ou des marécages.






contact : info@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox