ÉCHANGES PÉDAGOGIQUES SUR FACEBOOK: LE NET PLUS ULTRA ?

ÉCHANGES PÉDAGOGIQUES SUR FACEBOOK: LE NET PLUS ULTRA ?

ÉCHANGES PÉDAGOGIQUES SUR FACEBOOK


LE NET PLUS ULTRA ?





© Geralt - Pixabay.com


Par Sylvie CHIARIGLIONE, membre du Bureau national et secrétaire académique du SNALC Corse. Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1443 le 10 juillet 2020





Les échanges pédagogiques se multiplient sur la toile avec une recrudescence sur Facebook de groupes privés enseignants et de comptes d’éditeurs de manuels scolaires. Les premiers exigent une absence de jugements de valeur négatifs sur les publications d’autrui puisqu’il s’agit de partager des séquences ou de demander conseil. Les seconds sont des pages présentant publications ou webinaires divers, les échanges sont encouragés – y compris avec les administrateurs – pour créer une émulation, source d’amélioration de pratiques que les éditeurs prennent en compte pour leurs rééditions.

Si certains groupes semblent traiter de pédagogie disciplinaire globale, d’autres se spécialisent sur des thématiques précises – numérique, utilisation d’outils en vogue, classe inversée…– ou des enseignements de spécialité.

Il est intéressant de surfer sur ces vagues car des problématiques émergent : les enseignants ont besoin d’échanger, de se former régulièrement, d’obtenir des réponses. La solution Facebook est heureuse car elle est simple, relève d’un choix personnel de connexion prenant en compte les contraintes privées de chacun, permet une liberté pédagogique loin des diktats de l’Inspection. Cela dit, elle pose question car sans garde-fou, elle favorise des écueils : l’oubli de textes officiels pour privilégier des modes pédagogiques très divers au détriment de contenus disciplinaires solides, la montée en puissance de mentors autoproclamés, la circulation de fausses informations sur ce qui est censé se faire en classe.

N’oublions pas qu’un éditeur ne présentera jamais que SA version des Instructions Officielles. De même, si autrui peut être une inspiration,
les professeurs gagnent toujours à adapter leurs cours à leur personnalité et à leur classe.

Il est regrettable que les réformes en cours se soient déployées sans formation en présentiel en amont et continuent de l’être pour cause de pandémie. Pendant que certains font leur beurre pédagogique sur FB – même s’ils nous éclairent quelque peu- que prévoit le Ministère en termes de formation régulière tangible qui devrait être notre dû annuel sur notre temps de travail ?
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox