STAGIAIRES : VOUS REPRENDREZ BIEN UN ORAL ?

STAGIAIRES : VOUS REPRENDREZ BIEN UN ORAL ?

SYSTÈME ÉDUCATIF


STAGIAIRES :

VOUS REPRENDREZ BIEN UN ORAL ?






© iStock - Skynesher


Par Sébastien VIEILLE, secrétaire national chargé de la pédagogie. Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1444 le 11 septembre 2020





Les enseignants, Psy-En et CPE passant un concours l’année scolaire dernière n’ont – pour la plupart – pas présenté l’oral d’admission. Cela a généré une profonde insatisfaction. Pour l’institution aussi. Elle a donc décidé que ces candidats devenus stagiaires passeraient un oral de recrutement.


L’ÉPREUVE

Le stagiaire passera cet oral à partir du mois de mars. Aucune préparation académique n’est à prévoir. Il s’agira de faire une présentation de 10 minutes à partir d’une situation professionnelle afin de mettre en avant ses compétences (et de montrer ses difficultés). S’ensuivra un entretien de 20 minutes, toujours pour montrer ses compétences.

La commission (le jury) sera composée d’un membre du corps d’inspection compétent dans la discipline pour le second degré ou simplement de l’académie pour le premier degré mais qui ne connaît pas le stagiaire, ainsi que d’un pair ou d’un personnel de direction.

Cette commission émettra un avis qui sera pris en compte dans la titularisation au même titre que les autres avis.

Tous les stagiaires passeront cet oral. Les trois concours sont concernés et si un stagiaire est en report l’année suivant, il devra le repasser.


QU’EN DIT LE SNALC ?

Si l’on comprend que les concours ont souffert de la situation de crise, la solution de l’institution est clairement insatisfaisante. Charger la mule de stagiaires qui passent leur année à courir après le temps est aberrant. Il est encore plus aberrant de faire passer un tel oral à des collègues qui enseignent depuis des années.


Le SNALC a montré lors des audiences ministérielles tous les paradoxes de cet exercice : épreuve à part, mais entrant dans la titularisation tout en étant redondante avec les autres éléments d’évaluation ; sans préparation mais demandant de réfléchir à une situation vécue et de se positionner dans la chaîne hiérarchique, potentiellement face à un personnel de direction sans que, bien sûr, le rapport hiérarchique n’entre en ligne de compte entre l’examinateur et l’examiné.

Au moins, le SNALC a obtenu que le jury ne dispose d’aucun élément sur les stagiaires et que ceux-ci aient ensuite accès à l’avis émis, qui devra être motivé.



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox