UNIS DANS LA DIVERSITÉ DES LANGUES

UNIS DANS LA DIVERSITÉ DES LANGUES

LANGUES VIVANTES


UNIS DANS LA DIVERSITÉ

DES LANGUES






©iStock - Dontstop


Par Diane GAILLARD, membre du SNALC de Reims et professeure agrégée d’allemand
Article paru dans la Quinzaine universitaire n°1445 le 9 octobre 2020





Depuis quelques années déjà, les enseignements de langues vivantes autres que l’anglais sont de plus en plus menacés dans les formations post-bac de l’Hexagone – et ce, en contradiction stricte avec les engagements européens de la France qui, comme ses partenaires de l’UE, soutient dans son discours officiel la maîtrise de deux langues étrangères par citoyen.


A l’heure actuelle, une section immédiatement menacée est celle des classes préparatoires BCPST (les anciennes Maths Sup Bio et Prépa Véto) : ce sont chaque année des milliers d’étudiants qui se présentent aux concours des Grandes Écoles Agronomiques (près de 1 000 intégrés par an) et Vétérinaires (environ 450).

Les projets envisagés par les présidents des Grandes Écoles concernées visent à impacter la promotion 2023 et toutes les suivantes en ne proposant plus que l’anglais comme unique langue étrangère au concours. Réunie le 18 juin 2020, la dernière Conférence des Directeurs des Établissements d’Enseignement Supérieur Agronomique et Vétérinaire (CDESA) a été très claire à ce sujet : dès septembre 2021, les enseignements de langues vivantes autres que l’anglais seraient ainsi menacés de disparaître de ces classes préparatoires. A raison de 2 heures par semaine d’enseignement, ce seraient ainsi, dès septembre 2022, 4 heures hebdomadaires de service en classes préparatoires en moins pour les collègues concernés (en termes d’effectifs, les professeurs d’espagnol, d’allemand sont en premier lieu concernés, des professeurs d’italien et de portugais également).

Le SNALC soutient bien sûr l’évidente nécessité de la bonne maîtrise de l’anglais par les élèves et étudiants. Ce faisant, la bonne maîtrise d’une autre langue vivante européenne (et donc son enseignement) est à sauvegarder et promouvoir : dans les classes préparatoires scientifiques, la deuxième langue étrangère est optionnelle et prisée chaque année par des milliers d’étudiants. Ces mêmes étudiants sont les futurs Erasmus des Grandes Écoles et des universités européennes. Ils constituent la sève de l’arbre européen en jetant des ponts entre nos différents établissements et pays.




contact : info@snalc.fr
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox