CRISE SANITAIRE : LA PETITE ÉCOLE DANS LA PRAIRIE

CRISE SANITAIRE : LA PETITE ÉCOLE DANS LA PRAIRIE

PREMIER DEGRÉ




CRISE SANITAIRE :


LA PETITE ÉCOLE DANS LA PRAIRIE






©iStock - Xesai




Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1446 du 13 novembre 2020
Par Ange MARTINEZ (SNALC Premier degré)




AILLEURS, LA VIE EST SI SIMPLE

La période comprise entre les deux confinements a prouvé que lorsque le cadre et la météo s’y prêtent, faire la classe en extérieur permettait de respecter plus facilement la distanciation physique et mettait fin au problème des atmosphères confinées propices à l’accumulation de particules virales. Et il y a d’autres avantages : faire classe en extérieur assure, selon ceux qui ont emprunté cette voie, sérénité et ressourcement psychique, tous deux propices à l’assimilation des apprentissages dans des conditions tant optimales que rêvées. De nombreux pays privilégiant le bien-être des élèves ont misé sur cette pratique moins novatrice que ressuscitée. Aussi, cette façon d’enseigner est courante en Belgique, au Danemark et en Suisse. En Ecosse, enseigner en extérieur fait d’ailleurs partie intégrante des programmes ! Quand le 2ème déconfinement viendra, Et si nous nous y adonnions quand le deuxième déconfinement viendra ?


EN FRANCE ? RIGIDITÉ ET CONTRAINTES

Hélas, en France, il est difficile, si ce n’est impossible, de recourir à ce type de pratiques qui s’expriment et s’épanouissent au-delà de nos frontières. Car il est loin le temps où l’enseignant français pouvait décider librement, seul aux commandes, maître de ses enseignements, d’ouvrir la porte de sa classe et d’emprunter les chemins caillouteux et propices à ses projets. Aujourd’hui, sortir est devenu une épreuve et les sentiers, des parcours d’obstacles. Nos IEN ouvrent le parapluie sécuritaire et nombre d’entre eux exigent ainsi fiches de préparation, projet de classe, projet d’écoles… Face à tant de contraintes administratives l’enseignant, lassé, abandonne. Quoi de plus dissuasif ?

De toute façon, si un incident survient, invariablement, ce sera l’enseignant qui sera accusé ou au mieux, inquiété ; l’excès de paperasse administrative exigée n’y changera rien. S’ensuivra une longue procédure qui ne le laissera pas indemne. Tout ça pour avoir simplement voulu donner toujours plus à ses élèves. Drôle de remerciement qui pousse à éviter de sortir des sentiers battus. Tout simplement pour ne pas l’être à son tour.





SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox