DÉCROCHAGE SCOLAIRE: COVID-19 OU SYSTÈME ÉDUCATIF ?

DÉCROCHAGE SCOLAIRE: COVID-19 OU SYSTÈME ÉDUCATIF ?

VIE SCOLAIRE




DÉCROCHAGE SCOLAIRE :

COVID-19 OU SYSTÈME ÉDUCATIF ?






© : iStock – FotoDuets




Article publié dans la Quinzaine universitaire n°1452 du 16 avril 2021
Par Philippe OUSTRIC, CPE membre du SNALC de l’académie de Reims




Depuis mars 2020, le virus a bon dos pour justifier tous les maux de notre société, en particulier le décrochage scolaire.


Le décrochage scolaire, priorité nationale de l’Education depuis au moins trente ans, inscrit dans le Code de l’Education (L313- 7), préoccupe tous les personnels d’enseignement, de santé, d’orientation et d’encadrement et notamment le personnel d’éducation comme les CPE. Pour l’exemple, le GPDS (Groupe de Prévention du Décrochage Scolaire) réunissant tout ce personnel et la MLDS (Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire) ne sont pas des nouveautés liées au COVID.

Cependant, lors du confinement de mars 2020, la précipitation des annonces gouvernementales, l’absence et le manque de temps de coordination dans chaque établissement, le manque d’équipement informatique et l’implication inégale des familles ont pu être observés. Faut-il alors, comme certains le pensent hélas, faire porter le chapeau du décrochage ou du faible niveau des élèves aux enseignants ? Non, non et encore non !

Au contraire, le personnel le personnel pédagogique et éducatif a mobilisé toute son énergie, toute sa créativité, pour raccrocher le maximum d’élèves et maintenir la continuité pédagogique. Hélas, le fil d’Ariane était parfois si fragile qu’il a fini par rompre !

Certains parents se sont rendu compte des difficultés d’enseigner – c’est bon signe. D’autres, dans un environnement plutôt défavorisé, dépassés par l’outil informatique ou n’ayant aucun ordinateur ou connexion hormis celle des téléphones portables, ont abandonné et laissé leurs enfants sans cours, ni contraintes.

Les décrocheurs ont toujours fait l’objet d’une réflexion pour les enseignants, les équipes de vie scolaire ou les MLDS dont l’institution a sapé le travail. Mais le confinement a multiplié les situations d’élèves en échec, n’en déplaise à des études complaisantes.

Enseignants, personnels d’éducation, sur le terrain chacun fait de son mieux. Mais l’institution doit faire son travail. Revenir à un enseignement qui structure la pensée des élèves, donner les moyens d’un vrai suivi et rendre aux MLDS leurs vraies missions …









SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox