La valse ministérielle

La valse ministérielle

Communiqué de presse du SNALC du 26 août 2014



La valse ministérielle occulterait-elle l’immobilisme ?


À quelques jours de la rentrée, alors que les enseignants espéraient que la Refondation de l'École lancée en 2012 s'attaquerait enfin aux nombreux dysfonctionnements dont souffre l'institution scolaire et qui expliquent sa dégringolade dans les évaluations internationales, le nouveau remaniement ministériel annoncé aujourd'hui ne manquera pas d’inquiéter tous ceux qui s’efforcent de corriger ces dysfonctionnements : une réforme sérieuse de l’institution scolaire nécessite de la continuité, à l’écart des péripéties politiques et des ambitions personnelles.

En effet, tandis que l'enseignement primaire est empêtré dans la réforme des rythmes scolaires et que les enseignants du secondaire attendent toujours de véritables réformes du collège et du lycée, il y a fort à parier que la nomination de Madame Najat Vallaud-Belkacem, quelle que soit sa bonne volonté, contribue à l’immobilisme.

À quelques mois des élections professionnelles dans la fonction publique, qui seront le prétexte de toutes les surenchères syndicales, et alors que le contexte économique ne permet pas au gouvernement d'envisager la revalorisation salariale réclamée à juste titre par la profession, le nouveau ministre sera vraisemblablement contraint d'expédier les affaires courantes. Pour le SNALC , il faut au contraire mener une politique visant non seulement à valoriser et protéger les personnels mais aussi à inventer un système pragmatique permettant de transmettre les savoirs à chaque élève.

C'est pourquoi le SNALC prend acte de cette nomination et demandera dès demain à rencontrer le nouveau ministre afin notamment de lui présenter son projet novateur de réforme du lycée : « Le lycée de tous les savoirs ».



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox