Témoignage - Je suis PLP: Passionné, Loyal, Perdu...

Témoignage - Je suis PLP: Passionné, Loyal, Perdu...

Témoignage


Je suis PLP :

Passionné, Loyal, Perdu...
ô combien perdu...




Le métier d’enseignant en sections professionnelles, toujours aussi intéressant et passionnant du côté du travail concernant l’axe pédagogique à réaliser nécessite depuis peu (et cela est défini dans le nouveau programme 2010 dont la mise en œuvre est censée être généralisée à la rentrée 2016) de transmettre des savoir-faire en formant les élèves par compétences.

Les difficultés à mettre en pratique ce type de pédagogie sont multiples et variées:

- Le temps nécessaire à réaliser certaines séquences pédagogiques ou d’évaluations formatives ou certificatives est beaucoup plus important qu’auparavant

- La réalisation de certaines séquences pédagogiques ou évaluations ne semble pas toujours convaincre et encore moins satisfaire les exigences du corps d’inspection car leur jugement ne semble pas arrêté mais plutôt en constante évolution en matière d’exigence.

- L’obligation d’utiliser les TICE (informatique, tablette ou … smartphone !) s’inscrit dans le cadre du nouveau référentiel. Pourtant, l’accès à la salle informatique, pourtant fortement recommandé n’est pas toujours facile. Au lieu d’avoir une salle pré-équipée d’au moins une douzaine d’ordinateurs, l’enseignant se retrouve dans une salle sans ordinateur, sans tablette, sans émulateur de calculatrice et avec une interdiction règlementée de l’usage du smartphone des élèves en classe entière avec en moyenne entre 24 et 30 élèves suivant les sections. Difficile de favoriser l’usage des TICE dans ces conditions !

- L’enseignement dans certaines classes de BAC PRO que ce soit de la 2nde jusqu’à la Terminale est rendu très difficile et pénible par l’ « absence » de savoir-être chez certains élèves car trop conflictuels et très difficilement intégrables dans le cadre scolaire ! Il est nécessaire de pouvoir bénéficier de classe dédoublée en groupe de manière systématique en 2nde et en 1ère car les classes sont chargées en effectif et l’effet de masse ou de groupe a un effet graduellement négatif et « pervers » sur les élèves vulnérables et désireux de réussir (en poussant parfois à un absentéisme plus important ces élèves en souffrance, notamment lorsque l’ambiance d’une classe est devenue trop nauséabonde du fait de la capacité de nuisance de certains élèves trop difficiles).

- Un alourdissement du travail administratif.

- La prime de certaines évaluations certificatives de type CCF semble être amenée à disparaître cette année en 2nde BAC PRO et prochainement pour les autres niveaux (Attention !!! Cela reste encore à vérifier)


En somme, le manque de matériel ainsi que la prise en charge de classe entière et donc le manque d’heures en groupe, pourtant seul moyen réel pour travailler efficacement avec des élèves en grande difficulté (surtout en 2nde et 1ère Bac Pro), sont les éléments sources de beaucoup de stress et rendent le travail relativement pénible.

A cela se rajoute la nouvelle pédagogie, celle par compétences qui est relativement chronophage et alourdit de manière trop importante la charge de travail d’un enseignant : cette énergie au travail lui est pourtant essentielle et donc nécessaire pour faire face efficacement aux difficultés diverses et variées de ses apprenants.

D’autres points pourraient être rapportés mais les doléances varieraient en fonction de la nature des matières des diverses sections professionnelles. La liste des doléances proposée ici n’est qu’un échantillon et est loin d’être exhaustive.



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox