EPS ET TRANSPORT SCOLAIRE

EPS ET TRANSPORT SCOLAIRE

TRANSPORT SCOLAIRE :


NE VOUS LAISSEZ PAS


a...BUS...er !


Les professeurs d’EPS sont-ils de gentils animateurs sportifs ou des professeurs à part entière, à l’égal de leurs collègues ? Si, pour le SNALC, la réponse ne fait aucun doute, l’exemple évoqué ci-dessous montre que cette évidence ne va pas de soi… dans les plus hautes instances du rectorat ! Récit d’un combat dont l’issue favorable au collègue d’EPS montre que si la légitimité professionnelle de ces enseignants est acquise en droit, elle peine encore à l’être dans les faits.


Lorsque vous vous déplacez avec vos élèves lors d’une sortie scolaire ou pour vous rendre sur un lieu de pratique, vous n’êtes pas en train de travailler…. Vous êtes joyeusement bénévole de l’éducation nationale ! Voilà la dernière trouvaille du rectorat de Strasbourg. De qui se moque-t-on ? puisqu’à contrario, si le moindre courant d’air venait décoiffer l’un de vos élèves, vous seriez totalement responsable. Le SNALC dénonce et refuse ces pratiques qui consistent à faire pression sur les enseignants.


Les faits suivants se sont déroulés dans un collège rural du Bas-Rhin :
La natation étant obligatoire pour les classes de 6e, les élèves et professeurs d’EPS se rendent en bus à la piscine pendant dix semaines. Durée du trajet : quarante minutes aller et quarante minutes retour. Le cours d’EPS initialement prévu de 10h à 12h est donc rallongé et le retour s’effectue à 12h40 pour dix séances, soit 6h40 de présence effective en plus avec les élèves. Personne n’a prévenu le professeur TZR, qui est en charge de la classe depuis deux mois, de ce fonctionnement.
Le professeur s’adresse à son chef d’établissement pour lui signaler d’une part son étonnement et d’autre part son problème puisqu’il doit chercher son enfant à la crèche à 50 kilomètres de là où il réside. Le chef d’établissement lui répond que c’est ainsi et que c’est à lui de trouver une solution. Hélas point de solution en vue.... La crèche ne peut garder l’enfant plus longtemps et le professeur ne peut quitter le cours à midi, comme cela figure dans son emploi du temps. La situation stagne, les échanges entre le professeur et le principal transforment la piscine en mer houleuse.

Le principal s’adresse alors au rectorat qui répond au professeur d’EPS que : « les temps de déplacements ne font pas partie des obligations de service. »
L’orage éclate ! Le professeur demande une audience au rectorat, face aux éléments qui se déchainent contre lui. L’audience a lieu en présence du secrétaire général-adjoint et DRH ainsi que de deux IA-IPR d’EPS. Le secrétaire général-adjoint n’étant pas spécialisé dans ce type de navigation, il cède la barre aux IPR. Et là… le vent tourne enfin pour notre collègue ! L’IA-IPR d’EPS informe tous les bébé-nageurs en présence que : « SI ! Les temps de déplacement avec les élèves font bien partie du temps de travail des professeurs d’EPS. » La surprise est énorme pour les uns, et notre collègue est rincé après toutes ces déferlantes.


Alors, chers collègues moussaillons de l’EPS ou TZR, ne vous laissez pas noyer sous les quarantièmes rugissants de la hiérarchie.
Le SNALC est votre bouée, saisissez-la !
Le SNALC est votre gilet de sauvetage, indémodable en toutes saisons.

SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox