REMETTRE LE CORPS AU COEUR DES APPRENTISSAGES EN EPS.

REMETTRE LE CORPS AU COEUR DES APPRENTISSAGES EN EPS.

Remettre le CORPS

au cœur des apprentissages

en EPS


Bien que divers rapports fassent état d’une baisse significative des capacités physiques de nos élèves, l’EPS, continuellement malmenée, est toujours sommée de défendre sa légitimité au regard des autres disciplines. Le SNALC a fait le point lors d’une journée de colloque spécialement dédiée aux professeurs d’EPS le 29 mars 2018 au lycée d’Erstein.


Alors que les derniers programmes pour l’EPS viennent imposer leur surcroît d’injonctions à celles, déjà nombreuses, issues de la réforme du collège, les finalités de la discipline sont une nouvelle fois reléguées au second plan. Or les constats quotidiens sur le terrain et les alertes grandissantes face à l’émergence d’un profond problème de santé publique à venir interrogent de nombreux collègues d’EPS.

Pourtant nos institutions s’obstinent à poursuivre la promotion d’un pédagogisme à outrance et d’une hyper intellectualisation de tout le champ scolaire. Ce cognitivisme exacerbé n’a pourtant pas fait la preuve indiscutable de son efficacité pour des élèves qui n’ont ni la maturité pour l’expérimenter avec efficience, ni les outils, ni la culture pour pouvoir en tirer pleinement profit. Le seul constat objectif de son instillation toujours plus large n’est que la fragilisation du système scolaire et le fait d’abîmer l’EPS, qui perd ainsi ses repères et son essence. Arrêtons de passer de plus en plus de temps couché par terre à remplir des fiches !

Certes, il ne s’agit pas non plus de retomber dans les représentations passées – mais pas si lointaines – où le sport c’était surtout les muscles sans la tête. Avoir aujourd’hui une réflexion sur les pratiques constitue une avancée intéressante pour la discipline, mais le corps ne doit pas pour autant être jeté aux oubliettes au point de ne même plus prendre le temps de vivre sa propre pratique.

Ainsi le SNALC, notamment par l’intermédiaire de son secrétaire national à l’EPS, Laurent Bonnin, prône un vrai retour du travail « sur » et « avec » le corps. Revendiquons ainsi que le cours d’EPS redevienne un véritable temps d’activité physique concentré sur des apprentissages moteurs, avec des jeux sportifs comme support principal. Arrêtons simplement de vouloir, et de faire croire, que tout le développement de l’individu ne peut s’articuler en EPS qu’au travers des seules compétences méthodologiques et sociales. L’EPS est bien davantage : elle est aussi et surtout la possibilité pour chacun de s’approprier un répertoire de sensations et d’expériences vécues en interaction avec son environnement, afin d’offrir à l’élève la possibilité de mieux se connaitre, et de bien se connaitre. L’EPS, c’est apprendre sur soi, savoir qui on est !

Voici résumées les orientations du SNALC pour l’EPS telles qu’elles ont largement pu être exposées à tous nos collègues lors du premier colloque spécifique EPS qui s’est tenu le 29 mars dernier dans l’Académie de Strasbourg.
Nous tenons d’ailleurs, à cette occasion, à remercier vivement le Proviseur du lycée d’Erstein de nous avoir si chaleureusement accueillis dans ses locaux et d’avoir permis ainsi la bonne tenue de cet évènement.

Parmi les sujets débattus ce jour-là, ont été évoquées les notions de sécurité et de responsabilité dans les APPN, la natation, les vestiaires des filles, les déplacements vers les sites de pratiques, ou les voyages scolaires. Sur ce dernier point, par exemple, nous avons relevé que lors d’un séjour au ski, ce n’est pas parce que l’enseignant d’EPS est compétent et habilité à encadrer les leçons de ski, qu’il est pour autant un spécialiste reconnu de la haute montagne en hiver.
D’autres axes ont également été développés : un rappel sur les droits et les devoirs de l’enseignant ; mais surtout un échange passionné autour de la notion de laïcité qui reste toujours le creuset de problèmes d’interprétations et d’émotions propres à chacun. Dans ce sens, il a été réaffirmé qu’il est fondamental de garder une ligne de conduite très claire, ne pouvant créer aucun précédent afin de garantir le respect absolu du fonctionnent collectif de l’Institution.
Ce colloque, très riche et très dense dans son contenu, aura été l’occasion de relever la qualité d'écoute entre le conférencier et les participants, mais aussi entre les participants eux-mêmes. La présence attentive et active de chacun, notamment au travers du respect de la parole de l'autre, a permis des échanges de pratiques et des retours d'expériences très constructifs pour tous.

Le SNALC tient à remercier l’ensemble des participants qui par leurs interventions alimentent les débats et légitiment l’action des représentants syndicaux auprès des instances ministérielles.
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox