Et ma retraite ?

Et ma retraite ?

ET MA RETRAITE ?


Compte rendu des journées d'information des 7 et 8 novembre 2018



De l’entrée dans le métier jusqu’à la retraite, le SNALC vous accompagne tout au long de votre carrière. Les 7 et 8 novembre derniers Frédéric Eleuche, secrétaire national pour le SNALC, est venu à Strasbourg et à Saint-Louis faire le point sur la question des retraites dans la fonction publique.

Selon son habitude, notre intervenant s’est prêté au jeu des questions pour développer ses connaissances en matière de « droits à » : mode de calcul des pensions pour l’enseignement public, âge de départ à la retraite en fonctions des droits acquis, nombre de trimestres cotisés, conditions à remplir pour bénéficier d’une surcote, intérêt ou non de racheter des trimestres, droit à l’exercice d’une activité pendant sa retraite, etc. Tout ce qui concerne les départs à court terme (soit avant 2025) a été rappelé et expliqué au public présent, Frédéric Éleuche ne manquant pas de préciser que « les chanceux sont ceux qui prendront leur retraite dans les cinq années qui viennent ».

En revanche, pour les départs en retraite plus éloignés dans le temps (soit à partir de 2025), seules les grandes lignes ont pu être données, dans la mesure où les premiers projets de loi ne seront discutés qu’à partir de 2019. En théorie, le principe de la répartition devrait être maintenu, de même que l’âge légal de départ à la retraite (62 ans). Mais le calcul des pensions sera fondé sur l’ensemble des gains effectués pendant la carrière, avec l’idée que toutes les primes seraient entièrement incluses dans les revenus ; autrement dit, tout euro cotisé proviendra d’un euro gagné. Reste à connaitre dans quelle proportion les rentes seront tirées des revenus. À ces nouvelles conditions, comment un professeur peut-il s’assurer de cotiser au mieux dans ce qui s’annonce ? Le conseil du SNALC est de songer d’ores et déjà à prendre des fonctions rémunératrices, pour ceux qui le peuvent : professeur principal, coordonnateur, formateur ; ou à effectuer des heures supplémentaires – ce qui, soit dit en passant, pénalise les professeurs des écoles, qui n’ont pas la possibilité d’effectuer des heures supplémentaires rémunérées.

Pour conclure, notre intervenant résume en une phrase ce qui nous attend avec cette réforme des retraites : « Les fonctionnaires seront perdants, les professeurs encore plus, et les professeurs des écoles… encore plus ! »

Le SNALC reste à la disposition des personnels qui souhaitent s’informer au sujet de leurs droits.


SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox