Déclaration liminaire du SNALC - CAPA des professeurs certifiés

Déclaration liminaire du SNALC - CAPA des professeurs certifiés

Strasbourg, le 17 janvier 2019

Le SNALC, fondé en 1905, est le plus ancien syndicat du second degré.

Selon l’article premier de ses statuts, il est indépendant et libre de toute attache à une organisation :

politique,

confessionnelle

ou idéologique.

Il a toujours défendu :
le respect des personnes,

le respect de leur traitement,

le respect de leurs de conditions de travail.

La CAPA des certifiés est installée ce jour à l’occasion de l’examen des demandes de contestation de l’appréciation finale de la valeur professionnelle des professeurs certifiés. Or chez cette catégorie de personnels, et pour l’académie de Strasbourg, le nombre de contestations s’élève à… deux.

Quel chiffre dérisoire, serait-on tenté de se dire de prime abord. Par rapport aux débats qu’il a suscités, les aménagements du PPCR relatifs au déroulement de carrière ne génèrent finalement qu’une infime part de revendications. Faut-il donc en conclure que « Tout va très bien, Madame la Marquise » ?

Le SNALC émet quelques réserves.

1°) La seule contestation permise est celle de l’appréciation finale. Mais l’appréciation finale suit les indications qui se trouvent dans le dossier du rendez-vous de carrière. Or ces indications, produites par les inspecteurs et les chefs d’établissement, ne peuvent pas être contestées. De sorte qu’un inspecteur à idées fixes, un chef d’établissement retors ont désormais les mains libres pour fabriquer des incompétents de papier, à coups de croix dans des cases et de remarques faussement bienveillantes et réellement assassines, scellant ainsi la défiance de l’administration à l’égard de ses enseignants.

2°) Se pose également la question de savoir ce qui garantit l’équité de traitement entre les professeurs lors de l’attribution de cette appréciation finale – en particulier lorsque la comparaison avec l’ensemble des évaluations échappe au paritarisme.

Pour le SNALC, cette manière de gérer les carrières des personnels, c’est :

de la maltraitance cachée sous un verni de paroles doucereuses,

de l’injustice rationalisée en grille de compétences,

le degré zéro d’une revalorisation salariale pourtant vantée au départ.

Fin 2016, le SNALC a voté CONTRE le PPCR, contrairement à la plupart des autres organisations syndicales qui se targuaient de faire avancer les statuts en approuvant ces réformes. Seul ou presque, le SNALC dénonçait déjà le dévoiement des procédures d’évaluation et l’arnaque au salaire. Il fut copieusement ringardisé pour cette prise de position qui allait à rebours de la liesse collective.

À peine deux ans plus tard, on se retrouve avec des évaluations dont on ne sait trop que penser. La défiance est visible dans les dossiers, et surtout elle est réciproque. Si d’un côté on se demande : « Est-il/ elle compétent(e) ? », on s’interroge de l’autre côté : « A-t-il/ elle été objectif/ve ? ».

Il faut aujourd’hui statuer sur l’avis de Mme la Rectrice, alors que le brouillard est généré en amont par des autorités intermédiaires, ce qui rend les contestations difficilement audibles. Plus grave, le caractère intouchable des recommandations intermédiaires décourage toute entreprise de contestation. Pour deux professeurs qui ont saisi la CAPA des certifiés, combien de renoncements résignés ?

Le problème n’est donc pas tant l’appréciation finale que la procédure qui conduit à l’inscription de cette appréciation.

Pour ces raisons, le SNALC n’est pas particulièrement disposé à déjuger Mme la Rectrice. Néanmoins, fidèle à son indépendance d’esprit, il reste ouvert et attend les arguments des plaideurs pour produire ses votes.


Pour le SNALC,

Les commissaires paritaires pour les professeurs certifiés :

François BLONDEL
Jean-Pierre GAVRILOVIC
Séverine MANGIN
Isabelle REHM
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox