Les enseignants référents, des galériens au service de l’Éducation Nationale

Les enseignants référents, des galériens au service de l’Éducation Nationale

LES ENSEIGNANTS RÉFÉRENTS,

DES GALÉRIENS AU SERVICE DE L’ÉDUCATION NATIONALE






Par François Blondel, secrétaire départemental SNALC 68



Vous êtes un bourreau de travail ? Devenez enseignant référent !



La fameuse loi « handicap » de 2005 garantit l’accès de tout élève handicapé à l’éducation en rendant inconditionnelle son inscription dans l’établissement le plus proche de son domicile. Elle institue ainsi un véritable droit à un parcours de formation personnalisé permettant à l’élève en situation de handicap de réaliser son projet de vie à travers l’élaboration d’un PPS (Plan Personnalisé de Scolarisation).
Le SNALC soutient bien entendu ce principe louable de l’école inclusive, dans la mesure où elle bénéficie réellement à l’intéressé sans porter préjudice à la progression des autres élèves.

Cette loi établit également dans ses fonctions l’enseignant référent comme « acteur central des actions conduites en direction des élèves handicapés et interlocuteur privilégié des parents ou des représentants légaux de chaque élève handicapé ».
Il est membre de l’équipe de suivi de la scolarisation (ESS) et veille à la mise en œuvre du PPS en lien avec la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées).
Obligation est en outre dévolue à l’Etat de « mettre en œuvre les moyens financiers et humains nécessaires » afin d’assurer la scolarisation des élèves handicapés et son suivi.

Et c’est là, vous l’avez sans doute deviné, que le bât blesse.
Le constat est simple : le nombre d’élèves suivis augmente de manière exponentielle. En 2017-2018, 7 315 élèves présentant un handicap étaient scolarisés dans l’académie de Strasbourg, chiffre en hausse de 9,5% par rapport à l’année précédente. Pour le seul Haut-Rhin, on comptait 3 290 élèves suivis et les prescriptions sont en hausse de 24% en 2018-2019. Les enseignants référents, « acteurs centraux », rappelons-nous, forment une bien maigre armée dont l’effectif s’établit à ….17 dans le Haut-Rhin ! Un simple calcul permet d’établir le nombre moyen de dossiers suivis par chaque ER dans ce département : 242, ce qui est proprement ahurissant ! Il en découle des conditions de travail dignes du XIXe siècle de Charles Dickens avec notamment des journées à rallonge (jusqu’à 12 heures consécutives voire davantage) ponctuées de multiples réunions et alourdies de longs déplacements.

Cela va à l’encontre de la législation qui stipule que, dans la fonction publique, la durée de travail effectif ne doit pas dépasser la durée maximale de 10 heures par jour et 48 heures par semaine (sauf dérogation exceptionnelle et limitée dans le temps). Un enseignant référent abat pourtant régulièrement des semaines de 50, 60 heures, voire plus. Les conséquences sont inévitables en termes de santé et le constat est simple et dramatique : les enseignants référents sont au bord du burn-out.

Le SNALC alerte l’institution à ce sujet et rappelle qu’en vertu de l'article L.4121-2 du Code du travail, l’employeur public est garant de la santé, du bien-être et de la sécurité au travail de ses agents. Il demande la création immédiate de postes d’enseignants référents dans l’académie de Strasbourg afin de leur permettre d’exercer leur mission dans des conditions dignes de ce nom. Enfin, il s’apprête à demander une audience au Rectorat de Strasbourg, qui se targue de mener une politique volontariste en matière de prévention des Risques Psycho-Sociaux, dont on tarde à voir les effets. Le temps est venu de mettre en pratique ces louables intentions !



SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox