C’ÉTAIT AUSSI UN 23 MARS, C’ÉTAIT UNE AUTRE GUERRE

C’ÉTAIT AUSSI UN 23 MARS, C’ÉTAIT UNE AUTRE GUERRE

C’ÉTAIT AUSSI UN 23 MARS,

C’ÉTAIT UNE AUTRE GUERRE





Par Jean-Pierre Gavrilović, président du SNALC de l’académie de Strasbourg



Chers collègues,


Permettez-moi vous conter cette petite histoire personnelle en cette période difficile pour tout le monde. Si j’ai décidé de vous la raconter ce jour, 23 mars 2020, ce n’est pas par hasard.

Il est des vies qui passent sans accrocher un regard, sans susciter une émotion. Il est des vies dont personne ne se soucie, qui passent comme peuvent couler certains fleuves tranquilles s’il en existe. Il est des vies, sans accroc, sans heurt, sans violence, sans couleur, des vies que doivent connaître la majorité du peuple terrestre. Ces vies-là, même s’il m’est arrivé d’en côtoyer, ces vies-là qui n’intéressent personne, j’en ai quelquefois rêvé.

J’ai caressé l’idée d’une vie harmonieuse dans la sérénité, la tranquillité ; j’ai imaginé ce que pouvait être une vie dont la saine teneur faisait exulter des sentiments positifs.

Cette vie-là, je ne sais même pas si je l’aimerais ; ne l’ayant jamais, au grand jamais vécue aucune seconde de ma vie, m’apporterait-elle autant de dynamisme et d’ouverture d’esprit que celle que l’autre m’a déjà apporté ? Serais-je fait pour vivre simplement comme tous les "autres" ? Ma vie n’est pas un long fleuve tranquille et le constat que je dresse aujourd’hui est que malheureusement (ou heureusement) elle ne le sera jamais.

Ce que j'ai vécu, il est des gens, honorables ou non qui ne l’auront jamais vu ou n’en auront jamais seulement entendu parler durant toute leur long passage sur terre.

A l’aube du IIIème millénaire, il s’imposait à moi comme une évidence de transcrire ce déjà long parcours. Il est tellement jalonné d’événements aussi extraordinaires que banals, aussi tristes qu’heureux, aussi fous que sérieux, aussi... aussi.... qu’il me fallait vous le conter.

Par où commencer ? Le 1er jour ? Le 1er jour de quoi, de ma vie ? Non. Ce serait trop banal, et banal, je ne le suis pas. Non il s’agit de ce 1er jour, ce jour qui a déclenché en moi un bouleversement d’idées, qui a fait naître en moi un sentiment patriotique serbe alors que je suis français. Ce 1er jour, où j’ai tant pleuré, où j’ai tant saigné, où je me trouvais à leurs côtés, aux côtés de ceux que je qualifierais de « grands », de dignes et de beaux. Ce 1er jour où une fois de plus, je n’ai pas fermé les yeux de la nuit, me demandant une fois de plus où était ma place. Ici auprès de ceux que j’aime, ou là-bas, auprès de ceux que j’aime ? Car il s’agit pour moi comme toujours de choisir entre deux camps, deux camps qui me tendent les bras, la France car j’y suis né, et l’ex Yougoslavie car mon cœur bat pour elle. Je suis ce que l’on appelle quelqu’un sans haine, sans idées discriminatoires a priori, quelqu’un ayant eu confiance dans les hommes qui nous gouvernent.

Alors, ce matin-là, ce matin gris ou bleu, peu importe la couleur du ciel ce jour-là, car depuis ce 23 mars 1999 le ciel est trop souvent gris, j’étais plein d’amertume. Le vague à l’âme, la gorge nouée, les traits tirés, tel un enfant tendant les bras tantôt à gauche, tantôt à droite, titubant presque entre ces deux nations, je venais d’apprendre que Javier Solana, le secrétaire général de l'OTAN avait décidé de lancer des opérations aériennes en République Fédérale de Yougoslavie.

Je m’interroge, interpelle ceux qui m’entourent, hèle ces soi-disant hommes puissants dont le pouvoir détruit le monde. Qu’ont-ils encore inventé ces hommes infidèles, ces grands énarques qui ne jugent et décident aussi pour les autres qu’au travers de ce qu’ils ont appris durant leurs longues années d’étude ? Où veulent-ils en venir avec leur déclaration de guerre à un pays souverain ?

Tout simplement à faire la guerre et à jouer aux petits soldats de plomb, avec des armes qui tuent des enfants et massacrent doucement une terre qui n’avait pas besoin d’eux.

C’était un 23 mars, c’était une autre guerre. Drôle d’anniversaire.




Crédit : RT.com
SNALC © 2018
Association déclarée - Syndicat de salariés
N°SIREN 784 312 282
4, rue de Trévise 75009 Paris
Hébergement : ovh.com
Site optimisé pour Chrome et Firefox